Lettre à un militant du PRG qui demande l’interdiction du 18 juin

« Monsieur Alayrac,
Au lieu de plastronner et d’écrire des inepties, vous feriez mieux de vous faire tout petit ! Quand on est un élu, donc un représentant du Peuple français, on devrait avoir toujours à l’esprit de bien réfléchir avant de parler, ceci pour éviter des bourdes telles que celles que vous assenez dans cet article. Heureusement que le ridicule ne tue plus car vous et vos amis ne feriez pas de vieux os avec toutes les âneries que vous entonnez chaque fois qu’une parole, un article ou une manifestation, ne correspondant pas à la pensée unique que vous défendez, vous indispose !
Avez-vous oublié ce qu’est une République, ce qu’est la Laïcité, ce que dit entre autre, la Déclaration des Droits de l’Homme à propos de la Liberté d’expression ? Il semblerait que vous et vos semblables n’ayez pas compris que cette liberté n’est pas à sens unique ! Pour qui donc vous prenez-vous pour prétendre être les uniques détenteurs de la vérité ? Est-ce par lâcheté ou par bêtise (voir les 2 à la fois) que vous refusez en permanence le dialogue avec vos contradicteurs, préférant crier au racisme (alors que l’islam n’est PAS une race !) ou au fascisme (alors que VOUS avez un comportement de fascistes).

Alors oui, nous condamnons et combattons l’invasion de l’islam sur notre terre ; il faut bien que quelqu’un le fasse puisque des élus comme vous sont totalement incapables de faire respecter nos lois et nos coutumes. Vous tolérez lâchement les prières dans les rues de Paris et d’ailleurs (vous ne demeurez certainement pas dans une de ces rues, sinon vous auriez un autre discours), mais que des Patriotes se réunissent pour chanter quelques belles pièces de notre répertoire national, cela vous donne des états d’âmes belliqueux ! De qui vous moquez-vous monsieur le conseiller ?
Contrairement à ce que vous prétendez, ce sera une manifestation festive et paisible, et c’est d’ailleurs bien ce qui vous chagrine car malgré votre mauvaise foi, vous savez très bien que les fauteurs de troubles ne sont pas ceux que vous prétendez. Pour terminer je vous renvoie à l’excellent témoignage de Caroline Alamachère (plus haut) en vous conseillant de le lire et le relire chaque fois que vous aurez envie de disserter sur un sujet que vous ne maitrisez pas.
Monsieur, je ne vous salue pas. »

Josiane Filio

0