Message à l’intention de Monsieur Arnaud Lafon, Maire de Castanet-Tolosan

mairie@castanet-tolosan.fr

Monsieur le Maire
Retraitée vivant dans un petit village tranquille de l’Aude, près de Carcassonne, je tiens à vivement vous féliciter pour votre décision de supprimer les menus spéciaux servis dans les cantines scolaires de votre ville.

Décision d’autant plus courageuse que malheureusement, la mode est actuellement à l’abdication de nos valeurs républicaines et laïques chez beaucoup trop de vos collègues, qui cèdent chaque jour un peu plus de terrain devant les revendications incessantes des islamistes partout où ils se sont installés !

Depuis des décennies, des immigrés musulmans ont quitté leurs pays d’origine pour venir vivre en Europe, y trouver un emploi et vivre décemment. Parmi eux, bon nombre souhaitaient par la même occasion, échapper aux tentacules de l’islam et de ses extrémistes, et vivre en paix dans des pays où régnaient la démocratie et la liberté de pensée !

Eux savaient pour l’avoir vécu, de quoi était capable cette soit disant « religion d’amour et de paix » qui cache en fait un système totalitaire n’ayant pour unique but (maintenant dévoilé) d’instaurer la charia en Europe d’abord, puis au Monde entier ; ce principe de base de l’islam, qui prétend imposer la supériorité des musulmans sur les non-musulmans (avec la recommandation de tuer tous les mécréants), la supériorité de l’homme sur la femme …etc…

Ces émigrés de la première heure ont su vivre en France et en Europe sans imposer aux citoyens d’accueil, les exigences de leur religion :
– ils n’avaient pas de mosquée mais n’en exigeaient pas : ils priaient chez eux (ainsi que le prévoit le coran).
– personne ne se permettaient d’investir une rue entière, un quartier, pour prier dans la rue… ce qui ne se fait pas chez eux.
– jamais aucune municipalité ne s’est vue réclamer des horaires spéciaux pour les femmes dans leurs piscines,
– les cantines avaient des menus pour tous, sans distinction de religions : ceux qui ne voulaient pas manger les nourritures de leur pays d’accueil apportaient leur nourriture (les femmes musulmanes ne travaillant pas pour la plupart, il leur était facile de préparer elles-mêmes les déjeuners de leurs enfants).
– les médecins masculins pouvaient exercer leur profession sans contrainte et examiner des femmes musulmanes sans se faire agresser par leurs maris jaloux.
– les étudiants n’exigeaient pas que l’on modifie l’Histoire de France ou notre Littérature en niant et supprimant tout ce qui ne convenait pas à leur religion.

Même si leurs conditions de vie étaient parfois difficile, elles n’étaient pas pire que dans leurs pays d’origine et ils étaient semble-t-il heureux de vivre en bonne intelligence avec leurs voisins qu’ils invitaient à venir partager un couscous, des pâtisseries, du thé à la menthe … tout ce qui leur rappelait leur pays. C’était alors le vrai multiculturalisme, celui qui sous entendait le respect mutuel des valeurs de chacun.

Tout cela est aujourd’hui balayé par le sapage de nos valeurs, orchestré depuis longtemps par ceux qui croient détenir l’unique vérité, et la volonté délibérée de certains politiques indignes, prêts à tout pour conserver leur pouvoir, y compris la trahison de la Nation, de la Laïcité, de la République !

Alors qu’un homme comme vous ose enfin, par un refus sans ambiguïté, mettre fin à l’escalade des revendications, ne peux que me réjouir, et avec moi bien des citoyens Français (les vrais, ceux qui aiment vraiment la France, pas ceux qui lui crachent dessus).
Si sur les sites du journal en ligne RIPOSTE LAÏQUE ou de RÉSISTANCE RÉPUBLICAINE de très nombreux rédacteurs s’expriment avec brio, entre autre sur l’islamisation de notre pays, et sont lus par un nombre croissants de lecteurs, c’est que la révolte gronde face à la lâcheté de certains qui ont brigué un mandat pour « servir » le peuple, alors qu’ils le trahissent sans vergogne !

MERCI infiniment Monsieur le Maire, et FÉLICITATIONS pour votre courage.
J’ai plaisir à vous adresser mes bien sincères et respectueuses salutations.

Josiane FILIO

Ce contenu a été publié dans RESISTANCE REPUBLICAINE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.