Le Président de la République continue à prendre les Français pour des demeurés !

Demeurés que l’on peut endormir avec de beaux discours, tout en faisant le contraire de ce que l’on a dit (ou écrit),

Demeurés à qui on peut imposer un serrage de ceinture drastique sans précédent, pour sauver SON Europe, celle-là même que les Français ont refusée en mai 2005, mais dont il a contourné le vote avec le traité de Lisbonne,

Demeurés à qui on fait aujourd’hui encore le coup de l’émotion envers « tous les soldats morts pour la France », alors qu’il envoie nos jeunes se faire massacrer en Afganistan, ou ailleurs, pour des actions militaires aussi inefficaces que dangereuses, alors même qu’il est incapable de faire régner l’ordre sur notre sol (lui qui nous avait pourtant promis de nettoyer les zones de non droit au kärcher),

Demeurés que l’on peu berner sans limite … Enfin c’est ce qu’il croit !

Bien qu’il prétende que sa décision de se représenter pour un nouveau mandat ne soit pas encore prise (cf. sa récente intervention télévisée), il y a déjà plusieurs mois que nous avons reconnu le costume de « candidat » qu’il avait déjà endossé en 2007 : la même démagogie pré-électorale, le même cinéma, la même indécence d’aller se recueillir il y a deux jours, sur la tombe du Général de Gaulle, quand il le trahit ignominieusement, en se moquant sans vergogne des Français !

Pour mémoire, voici ce qu’il déclarait à Colombey les deux Eglises en novembre 2007, peu de temps après son arrivée « aux commandes » :

« Je voulais être là pour marquer que nous voulions tous nous inscrire dans l’exemple qu’il nous a donné » ..

« Je suis venu tant de fois depuis 1974. J’étais si heureux parce que le général de Gaulle a inscrit son nom dans l’histoire de France ».

C’est vrai, Le Général De Gaulle a inscrit son nom dans l’Histoire de France, par son courage, son dévouement et son respect de tous les Français, en tenant compte de leur avis, les consultant par voie de référendum avant toute décision grave, et respectant leurs choix, même quand ceux-ci n’allaient pas dans son sens !

Ce n’est pas Lui qui aujourd’hui braderait la souveraineté de la France, nous entrainant dans une spirale d’endettement sans fin, sans nous consulter, pour obéir aux ordres des U.S.A. et de la Commission Européenne !

Ce n’est pas Lui qui accepterait l’invasion de l’islam, transgressant pour cela la loi de 1905, acceptant des agissements illégaux tels que les prières dans les rues, ou fermant les yeux sur les appels à la haine transmis par les imams (dans les mosquées, bâties avec l’argent des contribuables français, toujours sans leur accord ).

Ce n’est pas Lui qui tolérerait que des rappeurs, étrangers ou français « de papiers », déversent sur les ondes des torrents de haine de la France et des Français de souche, que l’on siffle la Marseillaise, que l’on brule notre drapeau, que l’on pratique le racisme anti-français …

Comment peut-il nous faire le coup du « respect pour le grand homme » alors qu’il est son exact opposé ?

Comment peut-il penser qu’on va encore le croire ?

Pense-t-il, parce que son principal concurrent apparaissant comme un minable qui ne saura qu’aggraver la situation déjà dramatique de la France, que « l’affaire est entendue » ?

Ce serait alors une nouvelle preuve que, comme beaucoup de politiques, il est complètement déconnecté de la réalité du terrain, à des années lumières des vrais problèmes de ses concitoyens …. et des réactions qui en découleront.

Ou alors il « s’en fout » tout simplement !

Alors vraisemblablement et contrairement au général De Gaulle, Monsieur Sarközy entrera dans l’Histoire par la petite porte, car autant il avait su être un Ministre de l’Intérieur, énergique et efficace, autant comme Président de la République il s’est révélé archi-nul !

Rendez-vous en mai 2012 pour la conclusion.

Josiane FILIO

0