Ce n’est pas aux policiers de jouer les moniteurs de vacances pour jeunes déliquants

Pour ne pas risquer d’être taxée de  flatterie  à répétition, je m’abstiendrai ici d’encenser le dernier article de Caroline ALAMACHERE, toujours prompte à nous livrer les précieuses infos dont nous privent les médias vendus au fric sous toutes ses formes ; Caroline sait déjà en quelle haute estime je la tiens. Toutefois j’aimerais partager avec les lecteurs de R.L. quelques commentaires sur son contenu.

S’il est vrai qu’à première vue l’initiative de ces policiers semble intéressante et pleine d’humanité, il est encore plus vrai que ce n’est absolument pas à eux de faire de la prévention ;  mais uniquement aux parents des enfants « à problème »  de les éduquer, au besoin en se faisant aider,  surement pas en se défaussant sur d’autres !

Et où sont-ils donc ces parents irresponsables, incapables de se faire respecter par leurs propres rejetons ? Sont-ils poursuivis pour « non assistance à personnes en danger » ? Leur demande-t-on des comptes après chaque nouvelle « nuisance » (allant jusqu’au crime dans certains cas) de ceux dont ils sont civiquement responsables ?

Au risque de passer pour une affeuse raciste (je précise qu’en moi sont étroitement mélés des sangs français, belge, espagnol, ET algérien, ce qui m’interdit précisément toute vélléité de racisme, exception faite toutefois pour les mauvaises mentalités à l’origine de bon nombre des maux de notre société actuelle), j’aurais assez tendance à penser que ces parents indigues sont justement trop occupés à dépenser les aides généreusement attribuées par l’Etat (sans aucune vérification, aux familles nombreuses et/ou en difficultés financières, et notamment aux populations immigrées), pour leur profit personnel (vêtements, accessoires, véhicules… tendances) pour consacrer du temps et de l’énergie à bien éduquer leur progéniture. Comme malheureusement bien des citoyens, ils abdiquent totalement leur rôle d’éducateurs l’abandonnant aux instituteurs et professeurs, ceux-ci ayant pourtant  tellement à faire avec leur mission d’instruction !

Dans un tel contexte, encore aggravé depuis des décennies, par la pression exercée dans les banlieues dites sensibles par les imams sournois, venus semer leur parole vénéneuse pronant l’obéissance sans limites aux diktats de leur prophète fou, certains parents pourtant venus chercher refuge en France, retombés sous le joug des imams, se sont découragés et  baissent les bras. Que dire alors de ceux qui, sans raisons valables, se laissent aller à clamer leur haine de la France et des français, quand bien même ils profitent de tout ce que peut leur apporter l’Etat.

L’idée de venir en aide à ceux qui peuvent être sauvés, est bonne en soi, sauf que c’est justement encore une aide supplémentaire dispensée toujours aux mêmes, et ce depuis de longues années,  bien que les résultats soient plus que discutables ; on voit bien dans la vidéo du Monde, que l’enthousiasme et la reconnaissance des bénéficiaires est plus que tiède et donc bien en dessous des espérances placées dans cette opération qui dure depuis déjà trop longtemps à mon goût.

Pendant ce temps, Caroline a mille fois raison de le souligner, combien d’enfants de foyers modestes, dont les parents se crèvent au travail tous les jours de l’année, croulent sous les cotisations, impôts directs ou indirects, dont les accès aux soins et médicaments sont de moins en moins remboursés, et qui ont de plus en plus de mal à équilibrer leur modeste budget, devront faute de moyens financiers, rester chez eux cet été ou se contenter de passer quelques heures dans des centres « aérés »… sous la surveillance plus que douteuse en ce mois de ramadan ?

De ceux-la, nos dirigeants, la majeur partie des médias nationaux, les associations bidons gavées de subventions grace à nos impôts… ignorent ou méprisent ignoblement la souffrance et la frustation, tout occupés qu’ils sont à toujours rouler pour les mêmes, dans l’unique but de nous soumettre à leurs lois, celles du fric et de la charia, intimement mélées dans la honte et le scandale !

J’espère de tout coeur que cet article, et les réflexions qu’il m’inspire,  ouvrira une brèche dans la conscience des citoyens frileux qui tiennent avant tout à leur petite paix personnelle, prétextant que le désordre et les injustices ne sont que minorités sur notre territoire

De nos jours, il est loin d’être suffisant de signer chaque année un chèque pour les « restaus du coeur » ou « sidaction », pour s’acheter une conscience tranquille !

Josiane Filio 

0