Affolés par les Bonnets rouges, Hollande-Ayrault essaient le tir à boulets rouges sur Marine…

 les bonnets rouges

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/11/05/20002-20131105ARTFIG00582-les-bonnets-rouges-exigent-la-suppression-definitive-de-l-ecotaxe.php

Ils nous auront tout fait !

Après avoir grossièrement méprisé les revendications, pourtant pacifistes bien qu’ils aient tenté de prouver le contraire, de près de deux millions de citoyens descendus dans la rue à plusieurs reprises, après avoir répondu aux nausées dues aux impôts nouveaux par toujours plus de nouvelles taxes, le gouvernement inqualifiable que nous subissons depuis dix huit mois, a l’aplomb de prétendre aujourd’hui, par la bouche du ministre délégué à l’Agroalimentaire, Guillaume Garot, répondant à l’ultimatum des Bretons pour la suppression et non le report de l’Ecotaxe, que :

«On ne gouverne pas sous les ultimatums»,

«Ca ne peut pas être des ultimatums qui arrivent comme ça et qui sont autant d’injonctions pour le gouvernement. La démarche de notre gouvernement, c’est le dialogue»,

« Le gouvernement a reporté la mise en application de l’écotaxe pour permettre un dialogue et des aménagements ».

Sans toutefois avancer une date quelconque, le ministre des Transports Frédéric Cuvillier a par ailleurs répété que l’écotaxe devait être «mise en place» !!!

Alors face à l’annonce de la décision prise avant tout véritable échange entre les parties, une seule constatation s’impose : ce fameux dialogue est un dialogue unilatéral du gouvernement face à lui-même ! Les autres, circulez, y a rien à voir !

BONNETS ROUGES EN HOMAGE A COUSTEAU

Il ne fait aucun doute que les messages, pourtant clairs et de plus en plus impérieux du Peuple leur rappelant qu’ils sont élus pour le représenter, se heurtent à un mur de stupidité en béton,  encore jamais atteinte par les précédents gouvernements, même si certains ont pu par le passé, laisser de belles pages comiques ou tragiques.

Une telle incompréhension, un tel dialogue de sourds, s’expliquent néanmoins lorsque l’on connaît à quel point l’ENA, grande pourvoyeuse de prétendants politiques, formate les esprits dans un unique moule étriqué, via des cours magistraux de :

  • vanité, pédanterie, ego dominateur,

  • mensonges en langue de bois, enfumage,

  • profits personnels,

  • mépris du peuple,

  • intolérance,

  • rejet par diabolisation de tout contradicteur …

et démontre pourquoi ce gouvernement, qui malgré les promesses de réduction des dépenses publiques, affiche un large supplément de personnel (ministres doublons et potiches entre autres) y compris en la personne de l’omniprésente et coûteuse maîtresse du président, est donc encore plus dangereusement sourd à tout ce qui pourrait menacer les accommodements (totalement déraisonnables) mis en place pour garantir son petit confort personnel et la quiétude de son entourage.

Tels Marie-Antoinette jetant, superbe, « s’ils n’ont plus de pain qu’ils mangent de la brioche », nos zigotos n’ont que des réponses inadéquates aux diverses revendications des citoyens français, telles que :

  • « c’est la faute à la crise » (ça fait bien une quarantaine d’années que la crise a bon dos),

  • « ne soyez pas de vilains racistes, rancis, populistes,

  • « accueillez les déshérités de la terre entière et partagez avec eux tout ce que vous avez acquis par votre labeur, au lieu d’en profiter égoïstement »,

  • considérez la chance que vous avez de partager les joies du vivre ensemble … puisqu’on vous le dit !

Mais bien moins aveugles et sots qu’ils ne l’imaginent, nous arrivons à décrypter les messages subliminaux, dissimulés derrières les beaux discours humanistes de tous ces hypocrites :

  • vous ne votez plus pour nous, malgré nos magnifiques chants des sirènes, bien rodés depuis si longtemps, et refusez de continuer à gober nos promesses,

  • vous serez donc troqués contre une masse venue d’ailleurs, alléchée par la gamme de privilèges que nous avons mitonnés exclusivement pour eux … mais à votre unique charge financière, bien évidemment,

  • et pour atteindre ce but, nous allons vous pourrir la vie de toutes les façons possibles, en commençant par vous obliger à voisiner avec une population de plus en plus envahissante, qui ne s’intégrera jamais, bruyante, irrespectueuse et ingrate (mais nous en s’en fout, puisque nous saurons garder nos distances, en résidant loin des zones de non-droit qu’ils vont bien vite établir sur tout le territoire)

Tellement prompts à gommer l’Histoire de notre France et tous les acquis dont nous bénéficions grâce à la vaillance de nos aïeux, il en ont oublié des pans entiers, qui pourtant devraient être pour eux, autant de signaux d’alarmes qu’ils auraient grand tort d’ignorer.

Alors par un altruisme insufflé par les préceptes bouddhistes (chacun son truc, eux c’est Allah et Mahomet, moi c’est Bouddha et le Dalaï- Lama) je tente un dernier effort en leur rafraîchissant la mémoire de ces quelques pages historiques qui devraient les alerter :

Juillet 1639 Révolte des va-nu-pieds : Exaspérée par l’empilement de nouvelles taxes destinées à soutenir l’effort de guerre, la population de Normandie s’agite. Lorsque la décision de rétablir la gabelle dans cette région est annoncée, les habitants d’Avranche décident de se rebeller et assassinent un agent du fisc. C’est le début de la révolte des va-nu-pieds qui va secouer la Normandie pendant plusieurs mois. Face aux dépenses engendrées par la guerre de Trente ans, de nombreuses révoltes et jacqueries ont éclaté en France depuis 1635 …

Juillet 1789 : je ne leur ferai pas l’injure de rappeler ici des événements que même ces amnésiques  auront gardés  à l’esprit

Novembre 1831 : Révolte des Canuts à Lyon : Les tisserands de soie lyonnais (appelés canuts) s’insurgent contre le salaire minimum. Ils déclarent la grève générale et très vite l’insurrection prend la forme d’une révolte. Le tarif minimum avait été négocié entre les fabricants de soie, les chefs d’atelier et les canuts. Mais une centaine d’entre eux ont refusé de l’appliquer. Les ouvriers se révoltent contre leurs patrons dans tous les quartiers de Lyon. Les soldats se joignent aussi à leur mouvement. Le général Roguet qui gouverne la ville est contraint d’abandonner Lyon aux insurgés.

Année 1907 La révolte des vignerons du Languedoc, ou révolte des gueux, est un mouvement de mécontentement survenu durant l’année 1907 dans le Languedoc et dans le pays catalan. De nombreux vignerons s’étaient opposés au cabinet Clemenceau dans le cadre d’une crise viticole. Le mouvement prit une ampleur suffisamment conséquente pour que le 17e régiment d’infanterie de ligne se joigne aux manifestants à Béziers. La crise prit fin avec la promulgation d’une loi anti-fraude pour protéger les viticulteurs.

Source : http://www.linternaute.com/histoire/motcle/83/a/1/3/revolte.shtml

Rappelons également quelques précisions de Wikipédia :

« Le mot révolte désigne la contestation par des groupes sociaux de mesures prises par les autorités en place, sans que cette contestation s’accompagne nécessairement d’une volonté de prendre le pouvoir et de se substituer à ces autorités. On parle donc habituellement de révolution a posteriori, une fois que le soulèvement a débouché sur une prise de pouvoir, laquelle s’exprime ensuite par d’importants changements institutionnels. »

Le climat orageux actuel ne semble malheureusement pas donner aux « autorités » la mesure de son ampleur et des conséquences possibles, pour leur dicter les bonnes réponses ; il est donc sans doute prudent de leur rappeler, la célèbre phrase du Duc de La Rochefoucauld-Liancourt, grand maître de la garde robe royale, à Louis X VI en 1789 :

« C’EST UNE RÉVOLTE ? – NON, SIRE, C’EST UNE RÉVOLUTION »

De quoi méditer sérieusement si une fois de plus, le tir à boulets rouges sur Marine Le Pen et le F.N. par tous les petits soldats de la bien-pensance, affolés de constater qu’ils pourraient perdre les avantages et privilèges qu’ils se sont partagés sur le dos du Peuple… sera suffisant pour éviter une nouvelle Révolution… la Révolte étant déjà bien engagée et en passe de grossir de jour en jour !

Les jours, semaines ou mois à venir nous apporteront la réponse, mais il semble d’ores et déjà acquis que les excès, abus, exactions perpétrés par le pouvoir et ses obligés, sont tels, que la sauce habituelle ne prendra plus, et qu’il est à redouter au plus haut point, la violence qu’ils ont eux-mêmes engendrée en dressant volontairement les Français, les uns contre les autres, dans le seul but de sauver leur vilaine peau de traîtres à la Patrie.

Josiane Filio

Ce contenu a été publié dans RESISTANCE REPUBLICAINE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.