Noël c’est aussi la fête de tous les enfants du monde !

Pour rien au monde je ne voudrais perdre le souvenir des merveilleux Noëls de mon enfance.

Même arrivée à un âge avancé, je garde précieusement le souvenir des Noëls d’antan, bien que n’ayant jamais eu le plaisir d’arpenter les rues enneigées pour me rendre à l’église, assister à la messe de minuit où mon grand-père chantait précisément le célèbre et émouvant « Minuit Chrétien »… et ceci même si la croyance et la pratique religieuse ne m’ont jamais paru très évidentes chez la plupart des membres de ma famille.

Pourtant, c’était ainsi, chacun était baptisé, faisait sa communion (ou pas), se mariait à l’église… qui ne nous voyait que dans les grandes occasions ; Noël étant de celles-ci.

Comme nous étions loin des temps de l’inquisition, nous vivions en bonne entente avec les prêtres de nos paroisses, et malgré la connotation religieuse de Noël, c’était avant tout une joyeuse fête de famille, où nous étions heureux de nous retrouver autour d’une table bien garnie.

Les cours du catéchisme m’apprenaient qui était Jésus et à quoi correspondait exactement la célébration de Noël, mais comment en dissocier dans l’esprit d’un enfant, la naissance d’un prophète avec les illuminations, les sapins, les jouets, les chocolats… et même les crèches où le personnage principal devait attendre minuit le 24 décembre, pour y être déposé officiellement.

Comment oublier le plaisir de se presser autour du sapin pour le parer des boules, angelots, étoiles… et guirlandes électriques (ayant remplacé les petites bougies jugées trop dangereuses) ? Chaque année la collection de décorations s’enrichissait de nouvelles acquisitions, qui nous rendaient aussi heureux que les trois rois mages de la Nativité.

Quelle douce nostalgie que se souvenir de ces petits matins où les enfants, surexcités, se précipitaient sous le sapin ou devant la cheminée, pour y trouver les cadeaux qui leur étaient destinés… puis, quel que soit le temps et la froidure, voir et entendre les cris de joie de ceux qui sortaient montrer aux copains, les merveilles reçues.

Un lointain souvenir, encore vivace aujourd’hui, me ramène à cette nuit où bien au chaud dans mon petit lit, l’excitation m’empêchant de dormir, je me suis persuadée avoir vu le Père Noël en personne dans la pénombre ambiante ; et il a fallu quelques années et la certitude que le généreux personnage n’existait pas, pour comprendre que cette nuit-là j’avais tout simplement aperçu dans la pénombre, mes parents se mouvant discrètement pour déposer les quelques cadeaux qui m’étaient destinés ainsi qu’à mon petit frère.

L’argent ne coulait pas à flot à la maison, mais grâce à l’amour de nos parents, la fratrie n’a jamais manqué de cadeaux pour Noël, même si par exemple Papa avait dû une année, repeindre un vieux berceau de poupées pour ma petite sœur… avec le restant de peinture mauve qui avait servi pour repeindre ma chambre dans ma couleur préférée.

Car c’est aussi cela Noël, la générosité, le partage, et surtout l’immense bonheur des parents, à la vue du regard émerveillé des enfants contemplant ce que le Père Noël leur a apporté… même si pour cela, certains étaient (et sont encore) obligés de jongler avec l’argent, voire de se priver, pour cela.

Chaque année, j’ai précisément une pensée émue pour tous les parents désargentés qui sont dans la totale incapacité d’offrir à leurs enfants, ce moment magique qui rend si heureux.

Comment n’être pas également plein de rage à la pensée de tous les privilèges et avantages de toutes sortes, réservés aux malheureux du monde entier par nos fourbes dirigeants, se moquant totalement que cette année encore en France, des enfants auront faim et froid et seront privés du moindre jouet… quand eux-mêmes se goinfreront sans état d’âme !


Alors, messieurs et mesdames les intransigeants islamistes, qui semblez si indisposés des manifestations de Noël (à part peut-être la prime du même nom que vous octroie la C.A.F avec l’argent des contribuables des kouffars), peut-être pourriez-vous penser que nous aussi nous sommes dérangés par les violentes et bruyantes manifestations de vos deux principaux rites annuels, Ramadan et Aïd-el-Kébir, que vous avez le culot de nous imposer, chez nous, dans des conditions telles que nous ne sommes pas prêts de les partager avec vous …

Parce que, il faut bien que vous le sachiez, ce n’est pas parce que quelques milliers de couards, faux humanistes, parmi lesquels nos propres dirigeants, vous font une cour éhontée et cèdent à toutes vos exigences, qu’il faut croire que tous les citoyens français, qu’ils soient croyants ou athées, pensent de même et sont prêts à accepter votre grossière et inadmissible manière de vous comporter partout en terrain conquis.

Certains d’entre vous, vivant ici depuis longtemps, ont admirablement su s’intégrer, c’est à dire trouver leur place en respectant nos propres us et coutumes, sans pour autant renier les leurs mais sans vouloir nous les imposer, et avec ceux-là nous n’avons aucun problème, depuis le temps que nous vivons en bonne entente.

Eux et nous savons fort bien que ce sont tous les faibles d’esprit, inféodés à des imams extrémistes ne vivant que pour appliquer la charia à tout un chacun, et incapables de voir à quel poins ils sont manipulés par les politiques mondialistes, qui sont à l’origine de toute la haine qui sévit chez certains… au point de ne vivre que pour tuer tous ceux qui ne leur ressemblent pas, croyant gagner ainsi un paradis totalement imaginaire.

Sachez en tout cas que JAMAIS nous ne renoncerons à célébrer Noël, ni à quoi que ce soit qui s’y rattache… et quoi qu’il en soit, je souhaite du fond du cœur, à tous ceux qui le méritent et l’acceptent, un

Sauf à tous les immondes profiteurs nous soulant de belles leçons de morale qu’ils sont incapables de s’appliquer à eux-mêmes !

Josiane Filio

P.S. Je ne résiste pas au plaisir de partager avec tous ceux qui liront ces lignes, la très belle profession de foi, que m’a transmise Le Lieutenant-Colonel Jean-François CERISIER, auteur de « GUERRE A L’OCCIDENT, GUERRE EN OCCIDENT », aux éditions Riposte Laïque ; profession de foi qu’il associe à sa crèche familiale :

Pour celles et ceux qui ne comprendraient pas bien le Français !
ILS ne nous auront jamais;
nos croyances resteront les croyances héritées de nos Ancêtres;
notre Histoire restera l’Histoire héritée de nos Ancêtres;
nos Valeurs resteront les Valeurs héritées de nos Ancêtres;
notre civilisation restera la Civilisation héritée de nos Ancêtres.

Ce contenu a été publié dans POLITIQUE INTERNATIONALE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

0 réponse à Noël c’est aussi la fête de tous les enfants du monde !

  1. andrea dit :

    Magnifique Profession de Foi !

  2. PR1 dit :

    Paix sur la terre aux hommes de bonne volonté

  3. montecristo dit :

    Ce n’est pas « Abd el Kébir » Josiane ! C’est « Aïd el Kébir »
    Aïd … la Fête !
    Kébir … grande !
    Joyeux Noël !

    • Josiane Filio dit :

      Exact Montecristo, et pourtant je n’avais pas encore « arrosé » Noël.
      Sans doute parce que j’aimerais tant que cette sanguinaire fête soit définitivement ABDiquée … Joyeuse journée de Noël vous aussi.

  4. Zorglub dit :

    C’est beau Josiane, ( je me doutais bien un peu que vous aimiez le mauve ;o)) )
    A vous aussi un JOYEUX NOEL ainsi qu’à votre famille.

  5. Nemesis dit :

    Un beau texte émanant d’une vraie occidentale. Bon Noël à vous.

  6. JILL dit :

    JOYEUX NOËL Josiane …superbe évocation de Noël que personne ni aucune organisation ne nous enlèvera .Vous avez vu le père Noël,vous n’allez pas me croire,mais moi aussi je l’ai vu …mieux,j’y crois encore,comme je crois en mon pays ;comme vous en somme .

    • Josiane Filio dit :

      Joyeux Noël Jill,
      Effectivement il faut sacrément croire au Père Noël pour espérer envers et contre tout que se produira le sursaut nécessaire pour sauver notre pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *