Julien Denormandie, un ministre islamo-collabo prêt à brader la laïcité


Julien Denormandie, ministre en charge de la Ville et du Logement
Regard amène, sourire enjôleur, humanité criante… ça ne vous rappelle personne ?

S’il y a une chose qu’il faut reconnaître à l’avorton qui nous sert de Président et au bouffon qui lui sert de Premier ministre, c’est qu’ils sont hyperdoués tous les deux pour se choisir des collaborateurs (dans les deux sens du mot !) suffisamment nuls pour ne pas leur faire de l’ombre.

Reconnaissons que la tâche n’a pas dû être aisée ; quoique… avec le total décervelage des jeunes dès leurs plus tendres années, appliqué avec zèle par l’Enseignement à dominance gauchiste depuis quelques décennies, l’espèce des crétins lobotomisés est en voie d’explosion.

Ainsi, un de leurs phénomènes qui a fait tellement de « belles actions » dans son domaine que même son nom m’avait jusqu’alors échappé, vient de se faire remarquer, par son ignorance crasse du domaine qu’il devrait maîtriser… ignorance que ses maîtres ne désavoueraient pas, voire même lui ont peut-être carrément inspirée !

Pourtant au départ, le phénomène est doté d’un patronyme qui sent bon sa France : Julien Denormandie, génial non ?

Mais non j’y pense, au contraire, de nos jours être un mâle blanc affublé d’un nom bien franchouillard, cela a dû être un sérieux frein à l’avancement pour sa carrière de « meneur d’hommes »…

Mauvais esprit comme je suis, j’avais d’abord pensé que peut-être une « promotion canapé » avait pu compenser… sauf que quand on sait que ses deux parrains en politique étaient Nicole Bricq et Pierre Moscovici, de qui il a été le « conseiller commun » de 2012 à 2014, ministre chargé du Commerce extérieur pour la première, ministre de l’Économie et des Finances pour le second, puis directeur de cabinet adjoint du ministre de l’Économie Emmanuel Macron… avant de démissionner en mars 2016 pour participer à la création du « mouvement » En marche.

L’était donc bien aux premières loges pour observer et assimiler la technique de Macron pour entuber les foules, et il semble qu’il ait été assidu aux cours, lesquels ont parfaitement atteint leur but.

Ceux qui ont encore en souvenir le chic inné de Nicole Bricq qui a un temps contribué (à sa manière) à défendre la distinction et l’élégance française à l’étranger… auront compris qu’il n’aurait pu être question d’une quelconque idylle « intéressée » entre Julien et Nicole… et pas plus avec Moscovici d’ailleurs.

https://ripostelaique.com/deces-de-nicole-bricq-entre-rire-et-chagrin.html

En creusant, il m’est finalement apparu que le gus était certainement déjà bien doué au départ dans le maniement de la langue de bois, idiome qu’il est impératif de maîtriser si l’on veut de nos jours arriver à décrocher un job bien rémunéré, avec moult avantages, et si possible « à vie » si l’on sait se débrouiller… Bosser avec Jupiter étant manifestement le top pour y parvenir !

C’est qu’il a bien appris la leçon, le petit Julien, il a vite pris tous les tics de langage de son patron, ce qui n’est pas le mieux à faire vu que ce dernier est arrivé à se faire cordialement détester par l’immense majorité des Français… en tout état de cause, bien plus grande que la minable « majorité » qui l’a élu.

Invité par Mediapart à un débat avec Mohamed Mechmache, des collectifs ACLEFEU et « Pas sans nous », sur la politique de la ville dans les quartiers populaires, il a brillamment démontré l’étendue de sa gravissime ignorance, en enchainant poncifs, contre-vérités, voire mensonges assumés, sur le sujet… en commençant d’ailleurs très fort par un péremptoire « d’abord il y a un principe fondamental dans notre pays, c’est que personne n’est au-dessus de la loi » !

Il veut qu’on lui rappelle combien de ses copains du gouvernement actuel (sans parler des précédents) possèdent une belle quincaillerie d’affaires louches, accrochée à leurs basques ?

Il n’est d’ailleurs pas difficile de chercher bien loin, puisque précisément celui qui fait jaser en ce moment, c’est le très amnésique Jean-Paul Delevoye, chargé de l’épineux problème de la « refonte » (c’est le terme qui convient !) des retraites… à qui l’on trouve chaque jour un nouvel oubli dans ses multiples activités cumulées ; ce qui lui vaut les plus chouettes sarcasmes de la part des citoyens, notamment sur les réseaux sociaux :

Eh bien figurez-vous que ce monsieur « qui n’est pas au-dessus des lois » n’a même pas été viré illico par Macron, et n’a pas non plus eu la décence de démissionner. Voilà, voilà, voilà m’sieur Denormandie, pour le tout premier point !

Mais le morveux ne s’arrête pas là, puisqu’il a pris la panoplie complète et possède donc le toupet macronien, le sens très particulier du débat « je parle et vous écoutez ! » du grand sachem, et l’art de considérer (d’ailleurs tout comme la journaliste qui l’interroge) ses opinions propres comme des faits avérés, base de toute discussion et non pas les soumettre à la discussion…

Ensuite il s’émerveille sur « la beauté de notre pays d’être un État de droit »… C’est curieux comme cet argument de l’État de droit, ils ne s’en souviennent tous (les guignols du gouv.) que lorsque cela peut leur servir, alors que dans environ 90 % des cas, ils ont une nette tendance à l’oublier… ne serait-ce que pour le brandir devant toutes les racailles qui prennent la France et les Français pour des paillassons !

Le plus grave et même dramatique étant que ne reprenant pas la journaleuse dans son délire idéologique, on en déduit qu’il es d’accord ; le site Causeur ne le rate pas, en soulignant d’énormes stupidités :

« C’est un amalgame mortifère qui est fait entre tous les sujets, c’est-à-dire qu’aujourd’hui plus personne ne différencie quand vous parlez d’immigration, quand vous parlez de lutte contre le communautarisme, quand vous parlez de lutte contre la radicalisation, ou quand vous parlez de combat pour la laïcité et du droit donné à chacun de croire ou de ne pas croire. (…) Moi je l’ai toujours dit, le sujet du moment n’est en rien la question du voile. En rien. Le sujet du moment c’est de faire en sorte que d’un côté on ait un pays dont l’un de nos fondamentaux c’est la laïcité, c’est la possibilité donnée à chacun de croire ou de ne pas croire, et de croire pleinement ou de ne pas croire pleinement, parce que ça ne veut rien dire de dire à quelqu’un : croyez, mais croyez à moitié. »

Comme le fait remarquer Causeur… le ministre ne précise pas quel est l’autre côté… m’est avis qu’il s’est embrouillé avec la phrase culte « en même temps » qu’il a voulu modifier pour ne pas avoir l’air de copier sur le maître !

Ce cuistre ne semble pas réaliser qu’il nous donne de quoi le fouetter en lançant des affirmations qu’il serait extrêmement aisé de récuser… si les vrais opposants avaient voix au chapitre sur les écrans télé.

Prétendre que « communautarisme, radicalisation, laïcité, immigration (…) ce sont des sujets qui n’ont rien à voir. » dénote l’étendue de son ineptie, au regard de la laïcité, laquelle est malheureusement partagée par « tous les ministres » certifie-t-il, soulignant ainsi l’aveuglement criminel de ce gouvernement… et ce si peu de temps après la prétendue mobilisation des préfets face à l’islamisme, où Christophe Castaner, autre phénomène, déclarait pourtant que la radicalisation et le terrorisme étaient les symptômes de l’islamisme et du communautarisme.

Au final, monsieur Denormandie confirme qu’au-delà des beaux discours, rien ne change en Macronie !

J’adore alors plus particulièrement et adopte totalement la conclusion d’Aurélien Marq dans Causeur :

Le Président fait de très beaux discours devant des cercueils, mais ces discours ne sont que des mots emportés par le vent, et les cercueils s’accumulent pendant que l’islam littéraliste théocratique travaille à enterrer nos libertés.

D’ailleurs pour les courageux, les désaxés, ceux qui aiment se faire du mal, ou encore ceux qui sont dotés d’une énorme patience, voici la vidéo de l’échange, à la suite de laquelle se trouve un certain nombre de commentaires, très éloquents… quant à l’intérêt porté à ce clone du chef suprême, au point qu’on le croirait bien sorti du même moule.

https://www.youtube.com/watch?v=vUti58bhnCM&app=desktop

https://www.causeur.fr/laicite-julien-denormandie-mediapart-communautarisme-musulman-1

Nous sommes vraiment dirigés par des traîtres, car il me semble impossible d’être stupides à ce point ; la vérité est qu’il n’est pas question ici d’intelligence limitée, mais bien plutôt de soumission à leurs donneurs d’ordre, moyennant de substantiels avantages et privilèges, sans commune mesure pourtant avec les juteux bénéfices visés ces derniers en souhaitant procéder, mine de rien, au génocide des Européens !

Josiane Filio, au nom de la Liberté d’expression

0

15 Commentaires

  1. On n’a jamais vu des milliers de musulmans marcher en faveur de la laïcité dans ce pays pour insister sur la nécessité de préserver les valeurs Républicaines, au contraire ils ont toujours considéré la chose comme étant un frein à leur souhait de s’y affirmer en tant que musulmans, ne considèrant la société et ses lois que du point ☝️ de vue de Dieu, non au sens universel du terme, mais bien leur Dieu, à eux seuls, qui aura fait couler beaucoup de sang au passage, il n’est pas le seul du reste, sans quoi je voudrais que la RF m’en donne une vision rationnelle, si elle en est capable. La laïcité chez moi c’est rationnel, sur quoi l’être universel qui s’en fait l’écho des droits de l’homme me paraît mieux correspondre à l’idée que je m’en ferais, pour être tolérante dans un premier temps.

    0
  2. la bourgeoisie de gauche a rejoint la bourgeoisie de droite officiellement sous l’étiquette macroniste!
    les syndicalistes qui ont tous voté macron, en s’imaginant pourvoir le manipuler osent encore ne pas battre leur coulpe en battant le pavé !
    gaulois n’oubliez pas d’aller voter

    0
  3. macron a du s’abreuver de la vie d’Henri 3
    c’est vrai qu’un carrière peut être fulgurante sans famille et sans enfants.
    Ils s’en excusent presque ; « que voulez vous qu’on fasse d’autre ? »

    0
  4. Julien Denormandie, un male blanc ? Ah mais NON !
    Ce tout mou est juste un cul rose qui déteste les gaulois et qui comme son maître macron a un penchant pour les queues africaines en vadrouille !

    0
  5. Avec ce président, ce gouvernement et cette majorité LAREM, nous avons la totale pour être détruit, ruiné et soumis. Bravo à ceux qui ont voté pour cette clique.

    0
  6. Là-dessus il aurait mieux fait de prendre Christophe Blanchet, député dans le calvados, au gouvernement, que ce soit dans les affaires sociales, voir à la défense, il a une carrure et un sens inné des rapports humains pour considérer les choses de manière franche et ouverte, et toc !

    0

Répondre à Eric des Monteils Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*