Conte de Noël : il était une fois… Emmanuel !

Il était une fois un petit garçon « beau comme un ange », que l’on prénomma Emmanuel.

Très vite renseigné sur la religion historique de sa terre natale, il sut que dans l’Évangile selon saint Mathieu, on pouvait relever un doute quant au prénom prévu pour le Christ, qui avant « Jésus » était semble-t-il « Emmanuel ».

De là à se prendre plus tard pour le Messie, il n’y avait qu’un pas… que le galopin a su très vite franchir, de ses petites jambes devenues ensuite de grandes gambettes, très utiles pour le porter aux quatre coins de la Terre.

https://www.bible-service.net/extranet/current/pages/1476.html

Il était beau à l’extérieur, ce petit garçon, et en grandissant, il sut mettre à profit son profil avantageux (tous les goûts sont dans la nature !) pour avancer dans la vie qu’il se voulait, c’est-à-dire à la hauteur de sa grandeur

Malheureusement, il est à peu près certain de nos jours qu’inversement à son charme physique, une noirceur morale de plus en plus vilaine grandissait en lui en même temps que son âge… longtemps imperceptible aux yeux des naïfs, des aveugles et des autruches… et même encore de nos jours d’ailleurs, malgré internet et les réseaux sociaux.

Aux bouleversements habituels de l’adolescence s’ajouta donc ce combat entre le blanc et le noir ; et ce fut cette dernière couleur qui emporta la préférence du freluquet, bien qu’il ait réussi longtemps à leurrer ses proches, le croyant aussi net à l’intérieur qu’à l’extérieur.

Ce fut à cette époque que, pensant être utile à sa maturité, le Ciel lui envoya un professeur féminin au charme indéniable, bien que de l’âge de sa maman… afin de consolider en lui ses ressources innées.

Lequel des deux a su voir tout le potentiel possible chez l’autre ?

Même aujourd’hui ce n’est pas très clair, mais le fait est que les deux se sont aussitôt entendus comme larrons en foire, et ont décidé de s’associer pour un avenir commun des plus prometteurs, passant outre les bouleversements que cette décision infligeait aux deux familles, parents d’un côté, mari et enfants de l’autre…

http://www.expressio.fr/expressions/s-entendre-comme-larrons-en-foire.php

Des cours de théâtre donnés par son mentor féminin, Emmanuel su retirer l’art de manipuler les foules, de manière à les amener là où il voulait… c’est-à-dire très haut… n’hésitant pas au besoin à écrabouiller quelques orteils ne s’étant pas reculés assez vite, si nécessaire.

Il est à craindre que l’emprise de son ego, grandissant dangereusement au fil du temps, n’ait plongé à nouveau le mouflet devenu jeune homme dans un combat entre sa volonté et celle devenue sa femme, dont l’autorité naturelle l’indisposait de plus en plus, au point de devenir l’adepte forcené des transgressions.

S’installa alors définitivement en lui, outre l’opposition entre blanc et noir (qui apparut alors nettement aux observateurs attentifs) celle du féminin avec le masculin, qui lui devient de plus en plus difficile de dissimuler.

Repéré par de très puissants personnages dont le but dans l’existence, à l’opposé des Rois mages, n’était pas de distribuer des cadeaux mais plutôt d’asservir la terre entière à leur bon vouloir et leur enrichissement personnel, jamais suffisant à leurs yeux avides et définitivement mauvais… Emmanuel grâce à eux, réussit à gravir les étapes d’une carrière éclair, jusqu’à celle qui lui sembla un tremplin suffisant pour « diriger le monde ».

Pourtant diagnostiqué « dangereux » par un psychologue, le garnement se conduit depuis son élection à la présidence d’un pays riche de sa fabuleuse Histoire, de sa langue, ses coutumes et ses lois… comme l’enfant capricieux quil au matin de Noëll n’a plus qu’une idée en tête, casser irrémédiablement les jouets qu’on lui a offerts.

Aujourd’hui, le moufflet vient de fêter ses 42 ans, et nombreux sont ceux qui lui ont souhaité le plus mauvais de tous ses anniversaires passés, mais il reste que si personne n’arrive à juguler les visées de cet être torturé, infatué et méprisant de tout ce qui n’est pas lui (ou ses esclaves), c’est tout un pays et ses patriotes qui foncent à grande vitesse contre un mur se rapprochant dangereusement d’heure en heure.

https://ripostelaique.com/les-gilets-jaunes-ne-te-souhaitent-pas-un-bon-anniversaire-macron.html

Nous en sommes donc là de cette histoire, dont la fin reste à écrire ; celle-ci dépendant de tant de critères, différents jusqu’à la totale opposition, qu’il est devenu extrêmement difficile d’établir le moindre pronostic fiable, en cette époque glauque où même le pape des chrétiens semble possédé par le diable.

Seule l’alliance des croyants chrétiens avec les athées, les agnostiques, et tous les hommes de bonne volonté, véritablement tolérants aux convictions des autres, pourrait encore nous sauver de l’enfer sur terre, en se rejoignant en cette période de Noël, pour se recommander à celui qui est véritablement né et a vécu parmi nous… qu’il soit fils de Dieu ou pas…

Que cet enfant Jésus, qui devenu grand a professé l’amour de l’autre et non son extermination, réussisse à nous sauver des griffes sataniques qui gagnent du terrain, et dont il est impératif de se libérer définitivement.

Et que le peuple des crétins avachis devant leurs nouveaux dieux, télé et smartphone, réalisent enfin quel avenir ils lègueront à leurs enfants et petits-enfants (et malheureusement aux nôtres aussi !) s’ils ne se bougent pas urgemment les fesses pour libérer la France (et le monde) de l’emprise du Mal et de ses serviteurs… dont malheureusement le premier d’entre eux n’est autre que l’infernal président de la République française.

Amen

Josiane Filio, au nom de la Liberté d’expression

0

14 Commentaires

  1. Excellent conte!!!! La fin de l’islam et de l’immigration et, le départ du méchant petit homme…. Voilà pour moi, une fin heureuse.
    Bon Noël à toute l’équipe de RL et à tous les patriotes !!!! 😀

    0
  2. Merci Josiane pour ce merveilleux conte mais dans la crèche je verrais bien le pédé a la place du boeuf. Bon noël a tous profité bien l’année qui vient risque de ne pas etre bien gaie .

    0
  3. Il Crèche à l’Elysée,
    Sa mère a une sacrée.. Trogne, son père spirituel, Attali, le bien nommé,
    L’âne (ENA en araméen), le boeuf (BEAUF en parigot), l
    Les Rois mages du Qatar et de l’Arabie.
    Les moutons de Français
    Joyeux Noël !

    0
  4. Conte de Noël bien troussé avec la verve gouailleuse qui caractérise le style de Josiane, la fin est tout à fait à la hauteur de nos rêves les plus fous ! Car je crains fort que le père Noël ne serve de nos jours qu’à exaucer les rêves les plus consuméristes (et abrutissants) de nos cons-citoyens !

    0

Répondre à patphil Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*