Bataclan : le lèche-babouches Naudin plébiscité, Jardin ignoré

 

Dans quelques jours, le 13 novembre exactement, se déroulera le triste cinquième anniversaire de l’attentat meurtrier du Bataclan ; attendons-nous, de la part de ceux-là mêmes qui ont le sang des victimes sur les mains, nous fassent leur numéro favori du « plus jamais cela ».

Même que dans la rubrique « défense de haïr l’ennemi » des islamo-gauchos qui nous gouvernent et tous leurs complices, médias, show-biz, sports les plus belles pépites sont sans doute ces citoyens à qui « on » a sauvagement tué un de leur proches, enfant ou conjoint… et qui au lieu de hurler leur douleur et de réclamer une « punition » exemplaire pour le ou les assassins, s’avèrent tellement décervelés par la secte maudite de la bien-pensance, qu’ils assassinent une seconde fois leurs victimes personnelles, en glapissant stupidement « vous n’aurez pas ma haine » !

Et bien évidemment, ce sont ces gugusses qui nous sont présentés à longueurs d’antennes et de textes, dans le but de s’attaquer aux cerveaux restés intacts, en démontrant de la sorte combien sont dans l’erreur, et isolés, ceux qui trouvent qu’un père ou une mère, à qui on a brutalement ôté la vie de leur enfant, sans raison valable, autre qu’une idéologie de prétendue humanité (mon œil ! il n’y a pire dangereux individus que les gauchistes invétérés et leurs mensonges !) s’acoquinant lâchement avec un dangereux système politico-religieux, déguisé en religion de paix et d’amour, pour avancer ses pions de conquête de territoires, puisque son but véritable n’a jamais été de s’intégrer mais de conquérir les pays  investis !

Ceci a déjà mainte fois été répété dans nos colonnes et ailleurs, mais l’inertie de la majorité silencieuse des citoyens, est de celle qui décuple ma rage devant tant d’ignominie et de bassesse, et me donne envie de « secouer le cocotier » (aucune allusion raciste !) ou de « donner un grand coup de pied dans la fourmilière » !

Parce que cinq ans après, Patrick Jardin continue courageusement malgré les difficultés, de se battre au quotidien pour la mémoire de sa fille Nathalie assassinée au Bataclan, en écrivant dans nos colonnes, répondant à des interviews de médias honnêtes, ou encore en publiant un livre où il dévoile (enfin pour beaucoup ce n’est pas un scoop) l’ignominie d’un Manuel Valls, refusant que ce père déchiré lui exprime sa colère devant des millions de téléspectateurs témoins… « Pas devant les caméras ! » confirmant ainsi deux choses :

– les beaux discours de ces gouvernants, aux lendemains d’un attentat, ne sont que des simagrées, dont ils ne pensent pas un mot, nous sommes nombreux à en être persuadés, mais il est nécessaire de le répéter encore et encore, en direction des autruches !

– le fait de refuser qu’un parent expose sa douleur et leur jette à la face leur propre responsabilité, est bien la preuve que seul le politiquement correct a droit de cité dans les infos officielles !

Exactement comme pour toute autre action du gouvernement en place envers un événement important (pareil pour les précédents), les micros trottoirs sont uniquement tendus à ceux qui « parlent bien », utilisant la pensée unique, seule tolérée par ceux qui se vantent en plus d’être « démocrates » ou « républicains » (chez nous ce sont pur la plupart des traitres totalement identiques et donc interchangeables !).

Ainsi les esprits simples qui pensent le contraire, sont peu à peu tentés de croire qu’ils sont minoritaires à mal penser, et donc se taisent.

L’impact des enfumeurs est tel sur certains esprits fragiles, y compris certains dont la profession demande bon sens et intelligence… que nous assistons, effarés, à des réactions « contre nature » de la part de certains parents ou proches de victimes.

Ainsi nous avons eu droit successivement à quelques parents de victimes, dûment contaminés par le langage officiel des habituels « bouffeurs de curés » nous incitant littéralement à « tendre l’autre joue quand un islamiste vous attaque » … ce qui est assez difficile vous en conviendrez, avec une tête roulant dans le caniveau, et surtout totalement curieux de la part de ceux qui détestent les préceptes de la religion catholique, pour mieux encenser ceux de l’islam.

Ainsi nous avons droit aux nombreux témoignages du désormais célèbre Georges Stalines, père de Lola, morte au Bataclan, qui après un premier livre en hommage à sa fille, n’a rien trouvé de mieux que de s’acoquiner avec Azzeddine Amimour, père de Samy, un des membres du commando du Bataclan, décédé à 28 ans aussi et qui avait voulu le rencontrer.

Ahurissant ! Le culot du père d’un des tueurs, et la dhimmitude qui ne dit pas son nom du père d’une victime !

De cette rencontre, des entretiens croisés, objets d’un livre à quatre mains est né ! Ne comptez pas sur moi pour vous en donner le titre et vous inciter à l’acheter…

https://www.lavie.fr/actualite/cinq-ans-apres-les-attentats-la-lente-reconstruction-des-survivants-du-bataclan-68396.php

Je préfère me réjouir du remontage de bretelles que Patrick Jardin a infligé à Claude Askolovitch, dont l’apothéose est sans aucun doute, le journaleux suppliant Patrick de retirer son tweet de remise des pendules à l’heure, lui valant des tonnes de menaces… Quel bouffon !

https://ripostelaique.com/askolovitch-prefere-les-assassins-de-ma-fille-aux-identitaires.html

Gaëtan Honoré, prof de 39 ans et rescapé du Bataclan, se dit sidéré par la récente décapitation de Samuel Paty :  « Un professeur décapité, c’est une alliance de mots que je pensais impossible », témoigne-t‑il, stupéfait.

Depuis la tragédie du Bataclan, il a l' »impression permanente qu’il va arriver quelque chose de dramatique » ; les faits viennent de lui confirmer.

https://www.lejdd.fr/Societe/attentat-de-conflans-sainte-honorine-un-enseignant-victime-du-bataclan-en-2015-raconte-sa-sideration-3999330

Mais son témoignage reste bien timide quant à la désignation des vrais responsables, comparé à ceux de Patrick Jardin et Caroline Christa-Bernard… aussitôt assimilés à « la  mouvance extrême droite » selon Libération ou les torchons similaires !

https://www.liberation.fr/checknews/2020/01/31/le-temoignage-de-caroline-christa-bernard-sur-le-suivi-des-victimes-du-bataclan-est-il-mensonger_1775961

Pourtant je m’interroge toujours sur le fait que bien que les attentats en France (et ailleurs) ne datent pas d’hier, il ne me semble pas qu’énormément d’enseignants se soient levés pour protester contre la politique de portes ouvertes aux migrants, parmi lesquels figurent indéniablement nombre de futurs tueurs ; présentement des trublions perturbateurs de cours, à qui l’on a trop longtemps laissé la bride sur le cou.

Pourtant ce n’est un secret pour personne qu’une majorité d’enseignants votent à gauche ; on les a donc connus bien plus virulents pour descendre dans la rue sous d’autres prétextes, plus anodins que l’immigration illégale de masse… Leur « sidération » actuelle semble par comparaison plutôt curieuse, puisqu’ils sont depuis toujours aux premières loges pour juguler les comportements déviants d’élèves insupportables.

Christophe Naudin, autre professeur rescapé du Bataclan, bénéficiant d’une aura médiatique compatissante, se répand dans les médias du système, après avoir écrit « Journal d’un rescapé du Bataclan. Etre historien et victime d’attentat »  

Christophe Naudin se trouvait au Bataclan. Il y est resté caché des heures dans un cagibi, serré contre d’autres corps affolés. Il y a perdu son ami Vincent. Il y a enjambé des cadavres. Et il y a croisé le regard d’un des tueurs, ce regard furieux, saturé de haine, qui a donné à sa propre existence un nouveau coup d’envoi. 

https://www.lemonde.fr/livres/article/2020/10/21/journal-d-un-rescape-du-bataclan-de-christophe-naudin-un-prof-face-a-daech_6056859_3260.html

https://www.leparisien.fr/val-de-marne-94/christophe-naudin-prof-rescape-du-bataclan-juge-l-hommage-prevu-pour-samuel-paty-reducteur-01-11-2020-8406049.php  

https://www.lesinrocks.com/2020/11/03/livres/livres/pourquoi-il-faut-lire-le-journal-dun-rescape-du-bataclan-de-christophe-naudin/

Dans un très long article sur Médiapart, il y fustige ce qu’il appelle « la banalisation du discours d’extrême droite sur la notion d’islamo gauchisme ». Et si son analyse est parfois criante de vérité, on y décèle toujours son gauchisme inguérissable puisque malgré certaines critiques sur les errements de la gauche, il refuse de couper les ponts avec sa famille politique et ses idées.

https://blogs.mediapart.fr/christophe-naudin/blog/301020/enseignant-rescape-du-bataclan-de-gauche-et-continuer-y-croire

Dans un autre registre, Jean-Pierre Albertini, dont le fils Stéphane a été exécuté au Bataclan avec l’un de ses amis, s’est livré à une enquête approfondie pour comprendre les circonstances exactes du drame.

À la recherche de la vérité, il dresse une ode à la vie et à la nécessité d’aller de l’avant pour les personnes ayant été touchées par ce drame national, sans omettre de souligner les questions et les enjeux que cela soulève pour nous tous.

Lui innove par rapport aux autres témoignages, en s’exprimant au micro de Kernews :

Extrait :

Kernews : Après la tragédie du Bataclan, certains ont pardonné, d’autres sont restés dans la haine. Mais vous avez d’abord voulu comprendre ce qui s’était passé et comment les filières islamistes se sont développées en France. Est-ce votre démarche ?

Jean-Pierre Albertini : je ne suis ni dans la haine, ni dans le pardon. Je ne suis pas dans la haine, parce que je pense qu’elle n’est pas productive et qu’elle ne permet pas d’avancer. Et j’ai du mal à être dans le pardon, donc je ne suis pas prêt à offrir ma deuxième joue.

Le cul assis entre deux chaises ça s’appelle !!!

Même pas capable de choisir une position claire et nette.

https://www.kernews.com/jean-pierre-albertini-je-ne-suis-ni-dans-la-haine-ni-dans-le-pardon/4650/ 

L’amour de ces parents pour leur enfant me semble forcément tiédasse pour oser les tuer une seconde fois par leur scandaleux pardon… ou une hésitation tout aussi stupide.

Surtout quand on connait, d’après le récit d’autres rescapés, qui n’ont pas l’honneur d’être invités sur tous les plateaux, qu’en plus des exécutions, les tueurs se sont livrés également à d’ignobles tortures, et ce pendant le très long laps de temps qui s’est écoulé avant l’arrivée des secours. Même si bien évidemment, l’armée des menteurs soutient le contraire et bâillonne les trop bavards.

Patrick Jardin serait-il le seul à ne pas salir la mémoire de son enfant ?

Uniquement dans la projection, je suis pourtant certaine que s’il arrivait malheur à ma progéniture à cause d’irresponsables politiques, se souciant de leur confort et leur sécurité bien avant celle de ceux dont ils ont brigué le suffrage, je n’aurais de cesse, tout comme Patrick Jardin, de hurler les faits à la face du monde, et de désigner les vrais coupables qui, par leur laxisme doublé de monstrueux égoïsme, sont responsables au même titre que s’ils avaient eux-mêmes armé les mains des tueurs !

Comme lui, je n’aurais de cesse d’alerter encore et encore, de « faire du bruit dans le Landerneau », et obliger ainsi les complices sans vergogne de ces tueries, à changer un jour de politique et prendre enfin les mesures drastiques pour expulser hors de France, tous ceux qui osent se réclamer de l’islam pour assassiner sans autre raison que leur folie, encouragée par les lâches soumis à la moindre de leur revendication.

Josiane Filio, au nom de la Liberté d’expression

Présentation du livre-témoignage de Patric Jardin, sur le site d’Amazon :

« Ce livre est un cri de colère – le cri de colère d’un père à qui on a arraché sa fille.
Colère contre les barbares islamistes d’abord. Mais aussi colère contre la lâcheté des politiciens qui n’ont rien fait pour s’opposer à l’islamisation de la France.

Les bien-pensants s’indigneront peut-être. Mais comment juger un homme qui a subi une perte si lourde – par la faute d’autres hommes ?

Patrick Jardin n’a plus rien à perdre. Et un seul objectif : empêcher de nouvelles tragédies où disparaîtraient d’innocentes victimes comme sa fille Nathalie ».

Vous avez le choix entre le commander immédiatement sur ce site, ou attendre l’hypothétique fin du second confinement, pour vous précipiter chez votre petit libraire habituel… l’important étant de grossir le nombre de ventes, de manière à montrer aux jeanfoutres qu’une immense majorité de citoyens soutien ce père exemplaire qui ne trahit pas son enfant comme tant d’autres.

IL faut que chaque livre vendu soit comme une véritable gifle à tous les complices de la mort de Nathalie et de toutes les victimes de l’islam, passées, présentes… ou futures, si on les laisse continuer ainsi.

0

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*