Le bouffon Guillaume Meurice se réjouit de la ruine des commerçants !

Avec ou sans masque, « tu pousses le bouchon trop loin Meurice » ! (*)

Décidément, rien ne nous sera épargné, de la part des perpétuels donneurs de leçons au « petit peuple » (pour eux c’est déjà un pléonasme !), si totalement inféodés au pouvoir en place (malgré leurs simulacres d’opposition) qu’ils se permettent exactement les mêmes saloperies que les félons s’étant succédés au pouvoir depuis des lustres… le temps de concocter l’ignoble plan des mondialistes : débarrasser la planète des « scories humaines » qui ne leur seront plus d’aucune utilité dès que l’intelligence artificielle (les robots) remplira les diverses corvées à leur place.

C’est en substance, et sans équivoque possible, la conclusion du Dr Laurent Alexandre à la fin du film Hold-up… même si celui-ci prétend que le film a été bidouillé de manière à lui faire dire le contraire puisque les « complotistes » (qui dénoncent les comploteurs) sont forcément d’affreux méchants, menteurs de surcroit… s’en prenant aux « innocents mondialistes », occupés à nous peaufiner des lendemains qui chantent dans un avenir bordé de roses et de bonnes intentions !

Ceux qui y croient, levez le doigt !

Comme si ce n’était pas suffisant de devoir, plusieurs fois par jour, et à longueur de semaine subir les lavages de cerveaux émanant, des officines privées (sauf pour les subventions !) de « ré-information » (comprendre, qui tordent le cou aux réalités afin qu’elles collent avec leurs desseins)

Il faut encore qu’un triste individu, prétendu humoriste, dont le salaire est assuré par nos impôts,  se permette de vomir, depuis une antenne publique, sur le sort des malheureux « entrepreneurs » (comprendre les commerçants), laissant entendre que « s’ils en prennent plein la gueule » c’est bien fait pour eux !

Bien évidemment, le monsieur reste prudent malgré tout, car malgré sa mauvaise élocution encore aggravée par le port du masque en studio, il use d’un verbiage bien plus soft… mais qui signifie exactement la même chose !

Guillaume Meurice qu’il se nomme !

Retenez bien ce nom… au moins le temps de votre lecture, car il n’est pas certain qu’il reçoive un jour le prix Pullitzer, et ce, même si les mondialistes réussissaient leur coup ; l’insignifiant petit Meurice ne ferait pas long feu à la table des puissants ; tellement suffisant, qu’il a beaucoup de mal à apercevoir la réalité sous les mensonges dont on la maquille et auxquels il participe, c’est à dire l’élimination de tous les petits pour que les vraies (autoproclamés) grands, puissent ne rester  « qu’entre soi » !

J’ignore ce qu’il fait habituellement, car me tenant bien éloignée des nocives nouvelles officielles, mais sa dernière indigne sortie, soulignée par FDesouche, ne peut laisser indifférent, et le jeune morveux mérite qu’on le remette à se place… à la déchetterie !

Car ce grand humaniste, qui n’en a rien à foutre de la misère noire qui s’abat pour longtemps sur ses concitoyens (dont certains sont effectivement assez cons pour l’écouter faire le mariole à la radio et rigoler avec ses petits copains d’antenne, à son image) … ce minus se voulant grand-homme donc, préfère s’intéresser à la misère des pauvres migrants, et s’adonne au lancement une boutique en ligne pour aider SOS Méditerranée, qui d’après lui n’est pas du tout complice des passeurs !

Quant au sort des commerçants qui ont déjà, ou vont incessamment mettre la clef sous la porte, et aller grossir la cohorte des chômeurs (dont les chiffres vont devenir de plus en plus difficilement « bidouillables » !), peut lui en chaut à ce trou du cul, qui leur en veut parce qu’ils osent se soucier du sort de la France et des Français avant celui des racailles venues du monde entier… à l’appel non déguisé des félons à son image.

Ce morveux se prenant pour un vrai journaliste, oublie que s’il ne manque de rien, bien au chaud aussi bien dans un logis confortable que dans les studios du service public où il sévit, c’est précisément parce que tous ces citoyens qu’il méprise du haut de sa bêtise, crachent régulièrement au bassinet des impôts, desquels dépend directement son salaire… et bénéficie malgré un manque criant de conscience professionnelle, d’une inacceptable « sécurité de l’emploi » qui le préserve du sort de monsieur et madame Toulemonde !

Prenez connaissance de sa vilaine prose, égoïste et malveillante envers les victimes de la Macronie, dont il est préservé… pour l’instant !

https://www.fdesouche.com/2020/12/02/je-reve-ou-tu-chouines-ciao-loser-guillaume-meurice-humoriste-de-france-inter-se-moque-des-commercants-ruines-par-le-confinement/

Qu’il soit abruti au point de se croire du côté des manipulateurs, c’est son problème, mais il est insupportable qu’il en profite pour cracher sur une tranche de travailleurs mouillant leur chemise pour (sur)vivre (rien à voir avec les pourritures pointant dans une radio du service public!

En fait il n’est pas impossible que son inculture l’ait amené à confondre les « grands entrepreneurs du CAC 40 », (ceux qui mènent le monde), avec tous les autres (PME, PMI, Artisans, Commerçants…) dont les patrons vont eux-mêmes « au charbon » pour faire tourner leur boutique ; ceux-là donc qui ne peuvent survivre si on leur « défend de travailler »pendant que les grands, protégés par le grand journaleux Meurice, voient au contraire leurs bénéfices augmenter de manière substantielle !

Encore un qui a eu sa carte de presse dans une pochette surprise sans doute, si l’on en juge par son incompétence, sa noirceur et son immense auto-satisfaction.

En février 2017, Breizh-info l’avait chaudement habillé pour l’hiver, à l’issue de sa malveillante intervention à propos de la soirée des Bobards d’OR, en publiant notamment, le long mais savoureux commentaire d’un mécontent osant se moquer du bonhomme… que France Inter avec courageusement coupé !

Extraits :

« Y’avait Marion Maréchal Le Pen, quand je vous dis que c’était une belle soirée, je ne vous mens pas ». Ouaf, Ouaf, comme c’est drôle. Etre payé par le service public, pour se payer gratuitement la tronche d’une élue de la république, élu d’un pari qui représente environ 1/3 des électeurs, que c’est bon… que c’est drôle et original ! » […]

Parce que ton métier, c’est pas journaliste, c’est humoriste, c’est bien ça ? C’est humoriste, ou militant politique qui prend le service public en otage, pour se foutre de gens qui n’ont pas de droit de réponse ?

Quand on prétend avoir du courage, ou qu’on se prend pour un résistant, on peut peut-être, une fois par mois, laisser le micro à un des cons attaqués, qu’il puisse se défendre loyalement avec les mêmes armes : un monologue 5 minutes à une heure de grande écoute ? Chiche ? Chiche de respecter une fois par mois ceux qui payent un tiers de ton salaire ?

Signé : Un des cons que tu méprises si bien.

Un régal !

Rien de tout cela n’est étonnant, lorsque l’on apprend également de ce grossier égoïste, qu’il a honte d’être Français !

Mais qu’est-ce qu’il attend pour quitter la France et proposer ses services aux ONG qu’il apprécie tant ?

Facile de cracher son mépris envers ceux qui valent pourtant mille fois mieux que lui, niveau courage, mais au pied du mur il n’y a plus qu’une baudruche vide !

Voilà d’ailleurs comment France Inter annonce sa chronique, « Le moment Meurice », du lundi au vendredi :

« Micro en main, il escarmouche, il coupe, il feinte… et à la fin de l’envoi, il touche ! »

Sûr qu’un jour « il » sera lui-même touché personnellement, car l’écoute de cette hyène ne peut que donner des envies de lui en coller une, bien sentie, en plein dans sa sale tronche satisfaite, et du même coup dans son stupide complexe de supériorité.

Si seulement, la trouille du Covid 19, bien qu’instillée sans arrêt par lui-même et ses compères, pouvait néanmoins le rattraper, lui donnant l’irrépressible envie de se faire vacciner…

Ben quoi ? On peut rêver non, pour l’instant c’est encore permis !

Josiane Filio, au nom de la Liberté d’expression

(*) Petit clin d’œil aux publiphages (ou publivores ?)

https://www.youtube.com/watch?v=WtvUJURQDlU

0