Loi sur le séparatisme : Macron, premier « diviseur » des Français !

 

Comme toujours, ce gouvernement de fantoches, se plante dans les grandes largeurs avec sa proposition de loi contre le séparatisme émanant du cerveau enfiévré de Macron !

Pour commencer, si tous ces méga-menteurs, étaient réellement inquiets de voir les citoyens français se « séparer », ils seraient les premiers à rejeter toute préférence et tout privilège, envers précisément la communauté qui elle-même se démarque en raison de sa religion, qu’elle prétend seule et unique, en rejetant toute nuance, et dont l’unique but est de l’imposer au monde entier !

Qui donc, dans ces conditions, est coupable de séparatisme ???

Ne cherchez plus ; dans la tête branlante et les idées qui vont avec, de nos « gouverneux » (sens très péjoratif dans ma « novlangue » perso !) ce ne peut être que ce peuple de Gaulois indisciplinés, incapables de se pousser pour faire de la place à de nouveaux arrivants… dont l’avenir démontrera qu’ils sont une véritable chance pour la France.

Avec de telles fadaises au départ, comment voulez-vous que cette future loi des « marcheurs macronistes » et affiliés, soit équitable envers les Français ; j’entends par là, ceux qui l’aiment et respectent ses valeurs, qu’ils y soient nés ou qu’ils l’aient adoptée avec plaisir et reconnaissance… exactement comme un Jean Messiha, qui se bat avec un courage indomptable contre tous nos ennemis intérieurs ?

Si l’on en croit Jean-Pierre Obin, universitaire français et ancien inspecteur général de l’Éducation nationale, auditionné ce mercredi, par la commission culture du Sénat, qui examine actuellement cette fameuse loi, joujou du moment de Macron, le premier pas a été franchi lorsque « l’on a laissé l’islamisme pénétrer l’école » !

« Son constat se veut sévère et, à certains égards, catastrophique. « Chaque jour, de nouveaux travaux montrent que la situation s’aggrave dans l’école » … « La laïcité a perdu une bataille vis-à-vis de la jeunesse musulmane, qui est de plus en plus et très largement pénétrée par l’idéologie islamiste. » Un discours qui a conquis la droite sénatoriale ».

Jean-Pierre Obin a commencé son exposé en soulignant l’émergence de revendications religieuses en France, depuis « l’affaire des foulards de Creil » en 1989. Cette année-là, l’exclusion de trois collégiennes, refusant d’ôter leur voile, suscite une vive polémique : « C’est le premier signe, qu’on ne sait pas interpréter, de l’arrivée dans les quartiers d’un certain nombre de prédicateurs qui endoctrinent des jeunes, et notamment des jeunes filles », affirme-t-il.

Tout y passe dans cette intervention sans concession :

– La montée en puissance des mouvements islamistes, durant les années 1990, nés dans le sillage de la guerre civile algérienne.

L’omerta des services académiques devant les derniers élèves juifs forcés de quitter un collège, et qui seront « recasés » ailleurs de la façon la plus discrète possible sans que jamais ce scandale ne soit mis sur la place publique

– La rédaction d’un rapport, qui sera enterré par le ministre de l’Education de l’époque, François Fillon, et qui sera exhumé par Manuel Valls à la suite des attentats de 2015 (sans que néanmoins cela change grand-chose !) :

« Déjà à l’initiative des réflexions qui mèneront à l’interdiction des signes religieux à l’école, l’inspecteur général a « l’intuition que la question du voile, qui polarise l’attention publique, n’est que l’arbre qui cache la forêt ».

Tout y était déjà, mais depuis la situation n’a fait qu’empirer !

Merci aux pleutres faux-culs de cette fausse droite qui ont laissé faire, et n’ont pas eu le courage de prendre les décisions drastiques qui s’imposaient… préférant glapir avec la gauche « Tout sauf le FN/RN » : Dangereux crétins !

« On m’a signalé hier que [des] laboratoires de recherche […] engageaient les étudiants, futurs enseignants, dans des mémoires qui consistaient à aller observer dans les classes le discours islamophobe des professeurs », raconte Jean-Pierre Obin. « Les bras m’en tombent. »

L’actuelle « droite sénatoriale » serait parait-il, conquise par son discours… Soit, mais jusqu’où ira leur approbation ? Ce ne serait pas la première fois que le Sénat, après quelques minauderies de principe, se range du côté de la majorité du moment, fut elle nauséabonde comme celle du dictateur fou… qu’ils sont largement contribué à mettre en place par leur mollesse et leur lâcheté.

Discours, démonstrations et dénonciations sont tenus depuis longtemps par tous les lanceurs d’alerte ; qu’il est donc agréable à entendre lors d’une audition parlementaire… à un détail près ; si JP Obin met enfin « les vrais mots sur les choses », il persiste encore à parler d’islamisme au lieu d’islam tout court… détail qui lui fait frôler seulement la perfection.

https://lalettrepatriote.com/jean-pierre-obin-la-jeunesse-musulmane-est-de-plus-en-plus-et-tres-largement-penetree-par-lideologie-islamiste/

Même nuance dans le discours d’Eric Zemmour, lorsqu’il fustige une phrase d’Emmanuel Macron, qu’il juge stupide (la phrase… quoique !) ; à propos d’un projet de musée-mémorial en hommage aux victimes du terrorisme, où celui-ci emploierait le mot « terrorisme » parce que n’osant pas dire que l’on combat « l’islamisme » …

https://www.dailymotion.com/video/x7zvit4

https://www.dailymotion.com/video/x7zvit4

Pour une majorité de citoyens, excédés des délicatesses envers ces combattants acharnés à vouloir détruire tout ce qui n’est pas conforme à leur unique loi politico-religieuse, partout où ils arrivent en force en dispensant la terreur, la nuance est superflue, car islam et islamisme ne sont que deux mots pour désigner la même chose, mais invoqués pour tenter de minimiser certains actes meurtriers, et dédouaner l’ensemble de la communauté de ces exactions !

D’ailleurs Zemmour lui-même faisait une mise au point intéressante en octobre dernier, en précisant que « L’islamisme n’est pas le dévoiement de l’islam mais sa mise en action ».

https://www.lefigaro.fr/vox/politique/eric-zemmour-pourquoi-macron-se-trompe-dans-son-analyse-de-l-islam-et-de-l-islamisme-20201009

Qu’un intellectuel accompli soit capable de faire la nuance entre islam et islamisme, cela se conçoit et s’admet ; en revanche pour tous les gauchistes-mondialistes, le terme islamisme fait référence au côté obscur de l’islam (comme s’il en existait un lumineux !!!) qui ne serait le fait que d’une minorité d’islamistes.

Allez donc dire cela aux parents et amis des milliers de victimes, en France et dans le monde, de cette répugnante secte se complaisant dans la fange de son obscurantisme, n’ayant jamais inventé quoi que ce soit, mais se prenant pour « le peuple élu » … quelle foutaise !

Zemmour affirme avec justesse, que les terroristes islamistes ne veulent pas nous diviser, mais seulement nous massacrer ; ils ne s’attaquent pas à nos valeurs mais juste à ce que nous sommes, un vieux pays catholique !

https://www.fdesouche.com/2021/03/11/zemmour-les-terroristes-islamistes-ne-veulent-pas-nous-diviser-ils-veulent-nous-massacrer-ils-ne-sattaquent-pas-a-nos-valeurs-mais-a-ce-que-lon-est-un-vieux-pays-catholique/

Le minus méprisant, qui se fait passer pour le président de la France depuis 2017, n’a sans doute pas bien intériorisé la pensée du Général de Gaulle, lorsqu’il disait, avec logique et bon sens, mais considéré comme du racisme par les bas du front :

Le Général précisait par ailleurs, de manière très savoureuse (Macron si tu nous lis…) :

« Ceux qui prônent l’intégration ont une cervelle de colibri, même s’ils sont très savants ».

Enfin, pour éclairer les crétins lobotomisés et les cervelles de colibri, voici une analyse en provenance de Malraux, grand ami du Général, qui souligne l’immense différence entre celui qui fut un grand citoyen-patriote, faisant passer l’intérêt du pays avant le sien… et qui n’a pas hésité à quitter le pouvoir, après avoir été désavoué par un référendum.

« Si la volonté de de Gaulle de permettre aux territoires africains de l’Empire de prendre leur envol a répondu à son souci de vois ces peuples s’émanciper, celle de « lâcher » l’Algérie a, très vraisemblablement, d’abord été dictée par la nécessité de mettre la France à l’abri de l’islam conquérant décrit par Malraux ».

http://sf.donntu.org/sf091615.html

Quelle différence avec le parasite qui nous dirige, ne connaissant que le mépris, la détestation de la France et des Français, et qui n’a voulu le pouvoir que pour les détruire, mettant un point d’orgue aux manigances de ces prédécesseurs, qui ont salement succédé à Charles de Gaulle.

Pourtant s’il veut absolument se mêler de séparatisme, il en est un qui ferait des millions d’heureux en France : qu’il se sépare de nous le plus vite possible et décide de s’installer dans l’un des pays arabes qui ne manquent pas…, compte tenu qu’il na échappé à personne qu’il avait une nette préférence et un unique souci : l’Afrique et les Africains.

Il pourrait même emporter son virus chéri avec lui… ça ferait des vacances aux Gaulois, dans tous les domaines.

Josiane Filio, au nom de la Liberté d’expression

0