La dernière mélenchonnade : Méluche en Amérique du Sud !

Publié le 17 avril 2021 – par

Donc, le monde entier attend son rayonnement, son charisme et son humanité…

 

 

La nouvelle vient de tomber… qui ne manquera pas de provoquer, du moins je l’espère, une véritable tempête sur les réseaux sociaux… et dans les rues, pour protester contre les manigances d’un « salopard privilégié » ne se cachant même plus, tant il pense se sentir soutenu par un pouvoir félon lui ressemblant traits pour traits !

La grande âme « Méchencon », dont une inversion syllabique lors de sa déclaration de naissance, a pu le faire connaitre sous le patronyme de « Mélenchon », vient encore d’illustrer de façon magistrale, que contrairement à ses affirmations mensongères, ce gus ne roule absolument pas pour les citoyens français qu’il prétend représenter pour les défendre… mais uniquement… pour sa gueule !

Comment effectivement ne pas voir une brillante démonstration de son égocentrisme poussé au paroxysme, lorsque que Monsieur « La République c’est moi », crachant sans discontinuer sur les « privilèges de l’Ancien Régime », se permet carrément d’entreprendre une tournée en Amérique du Sud, en plein 3ème confinement (en attendant le 4ème qui murit lentement mais sûrement !), pendant que les Français, assignés à domicile, sont tenus de montrer une ridicule autorisation faite par eux-mêmes, chaque fois qu’ils sortent… y compris pour faire pisser leur chien !

Comment ne pas hurler de rage, quand eux ne devant surtout pas s’éloigner de leur domicile à plus de 10 km, « monsieur-je- sais-tout » semble avoir obtenu l’autorisation d’aller se balader en Amérique du Sud ?

Sera-t-il muni d’une autorisation spéciale, de la main même de Jupiter, à qui il sait si bien lécher les pompes lors d’une rencontre prétendue fortuite, bien qu’arrangée, quand il vitupère contre lui dès qu’il est loin ?

Ou serait-ce une manœuvre du grand vizir, lui donnant l’autorisation de partir, pour mieux se débarrasser d’un gêneur, en fermant enfin nos frontières, sitôt le gus parti, sans espoir de retour ???

Hélas, je ne crois guère à cette solution !

Prétendument attendu en Bolivie, pour participer à la “Journée mondiale de la terre” le 22 avril, il a quitté la France le 11 avril, atterrissant en Equateur, où il a rencontré Andrès Arauz, candidat malheureux à l’élection présidentielle ; ce laps de temps lui laissant largement le temps d’aller faire un « coucou » à ses potes gauchistes sud-américains !

Ecoutez-le justifier son déplacement, en glissant habilement que sa visite s’inscrit dans le cadre d’une initiative menée avec l‘ex-président brésilien Lula en faveur de la levée des brevets sur les vaccins contre le Covid-19… laquelle ne pouvait se faire qu’en allant sur place, et pas du tout via des réunions à distances, rendues possibles par les outils actuels pourtant très performants.

Car, quand « la République c’est moi » décide de s’impliquer dans la défense d’une cause, elle se dérange en personne… Etpicétou !

Que l’Amérique latine soit actuellement ravagée par l’un des variants du coronavirus détectés au Brésil, particulièrement contagieux et dangereux pour les populations jeunes, ne semble pas inquiéter le moins du monde, ce lamentable pitre trompant heureusement de moins en moins de citoyens français… sans doute persuadé qu’un vulgaire virus n’osera pas s’en prendre à « sa personne sacrée » …

A moins que ce tordu soit bien au fait, comme tous les complices (affirmés ou non) de ce gouvernement d’imposteurs, aux ordres du N.O.M. sache pertinemment qu’il n’a rien à redouter puisque bien informé des manipulations bidonnant les chiffres, destinées à maintenir les foules dans la terreur d’un virus… qui ne tue pas plus qu’une grippe saisonnière, contrairement aux infos officielles !

Uniquement pour ceux qui aiment le bla-bla de ce prince du baratin !

https://www.youtube.com/watch?v=62oZIeHLQ1I

Les premières réactions n’ont pourtant pas tardé à fuser :

Les Français ne peuvent pas bouger à plus de 10 km de leur domicile et pendant ce temps, Jean-Luc Mélenchon fait sa petite balade en Amérique du Sud où il passe voir tous ses copains. Cela prouve qu’il n’en a pas grand-chose à faire de ce qui se passe ici“, a fustigé Anne-Laurence Petel, députée LREM, auprès du Figaro.

“Quand vous êtes en train de dire justement aux Français qui sont établis au Brésil que pour l’instant, ils ne pourront pas revenir pour des raisons sanitaires, et que vous avez un futur candidat à la présidentielle qui part en Amérique du Sud, alors qu’encore une fois, on a des Français qui aujourd’hui ne peuvent pas faire plus de 30 kilomètres pour aller voir leur famille, je trouve qu’il y a juste quelque chose d’indécent a pour sa part critiqué Aurore Bergé, également membre de LREM, sur LCI.

Alors que nous sommes actuellement inquiets sur le développement du variant brésilien qui touche toute l’Amérique du Sud, un leader politique français décide d’aller dans ces pays, tout cela alors que l’on n’a pas le droit de voyager sauf circonstances exceptionnelles. Cela pose question”, a dénoncé le Républicain Pierre-Henri Dumont, au Figaro.

De son côté, à propos de cette photo :

Pieyre-Alexandre Anglade, a réagi sur BFMTV. « Je trouve incroyable, à un moment où on demande des efforts absolument considérables aux Français (…) de voir un responsable politique faire 10.000 km en avion pour aller soutenir un candidat qui a déjà perdu dans une élection présidentielle en Équateur, sans geste barrière, sans masque, sans distanciation » !

Auquel le bouffon a répondu par :Quand on fait une photo, on enlève le masque (…), ça dure le temps de la photo”. Et d’insister : “Les petites piqûres comme ça, répétées, créent une ambiance détestable de violence, de surenchère, de mépris “, a-t-il déploré.

Il est vrai qu’en terme de mépris, il s’y connait le Méluche… le pratiquant à haute dose envers « les autres », pour mieux glapir « au scandale » dès lors qu’il touche l’un des siens, ou encore son auguste personne… laquelle est prétendument sacrée !

J’avoue avoir un faible pour la sortie teintée d’humour de Marie Delarue sur Bd Voltaire :

En effet, la dernière « mélenchonnade » est une parfaite illustration de la mentalité des élites qui prétendent gouverner ce pays : ce qu’ils imposent aux autres ne les concerne en rien et c’est bien le problème, justement.

Le terme de mélenchonnade, rimant avec pantalonnade, convient ici parfaitement à cette girouette, véritable baudruche se déballonnant souvent lorsque l’obstacle est trop grand… ou trop « important »

Marie s’étonne comme moi de la tournure de l’attestation que le pitre prétendu insoumis (seulement quand ça lui chante !) présentera aux contrôles :

Il paraît qu’il faut un motif impérieux pour s’envoler aux antipodes, alors on se demande quelle case il a cochée sur son attestation dérogatoire de déplacement : « mission d’intérêt général », peut-être, ou « assistance aux personnes vulnérables » ?

Mais compte tenu des réactions des uns et des autres, il sera sûrement très intéressant d’observer qu’elles seront celles de nous « gouverneux », toujours à la pointe du progrès pour trouver des arguments, aptes à justifier l’injustifiable…

On parie ?

Josiane Filio, au nom de la Liberté d’expression

Sources :

https://www.lalibre.be/international/europe/c-est-indecent-le-voyage-de-melenchon-en-amerique-du-sud-en-plein-confinement-suscite-la-polemique-60794dabd8ad5847ae2f6b84

https://www.bvoltaire.fr/lexception-melenchon-alors-que-les-gens-sont-confines-il-soffre-une-tournee-en-amerique-du-sud/?

https://www.bfmtv.com/politique/la-france-insoumise/avec-son-voyage-politique-en-amerique-du-sud-en-plein-covid-melenchon-fait-polemique_AN-202104150199.html

0