Hidalgo la Dingo se rêve déjà « en haut de l’affiche » en 2022 !

Avoir transformé la Ville Lumière en cloaque à ciel ouvert ne lui suffit plus… il lui faut la France entière !

Ce que j’aime par-dessus tout en ces temps troublés… en dehors des manifs hebdomadaires, grossissant au rythme des stupidités présidentielles, c’est quand il y a du rififi chez les canailles politiques, et le moins qu’on puisse dire, c’est que l’atmosphère électrique, entretenue par la rue en effervescence depuis des semaines (merci Florian Philippot et ses Patriotes, entre autres), a le don de les y précipiter.

Pour l’heure, ce qui pourrait résonner comme une menace pour tout individu doté de raison, finit par nous faire rigoler, tant c’est énorme.

Car si Bd Voltaire nous informe que :

Anne Hidalgo n’a pas seulement en commun avec Manuel Valls d’être franco-espagnole, elle rêve aussi d’accéder à l’Élysée. Elle n’est pas officiellement candidate, mais elle ne dit pas non : elle y réfléchit et s’y prépare.

Nous apprenons également que son pote Olivier Faure, le premier secrétaire du Parti socialiste, (rien à voir avec Boris Faure sauvagement attaqué à coups de casque en 2016) compte bien l’y inciter fortement, via une motion qu’il soumettra aux militants, lors du congrès qui se tiendra à Villeurbanne en septembre, appelant carrément la Dingo à se présenter aux plus hautes fonctions !

https://www.marianne.net/politique/coups-de-casque-du-depute-el-guerrab-boris-faure-rehospitalise-pour-des-complications

Au secours ! Je ne suis pas parisienne, mais je compatis… surtout pour tous ceux qui n’ont pas voté pour elle. Exactement comme pour tous ceux qui n’ont pas voté pour l’escroc Macron, à commencer par moi !

Encore un qui pourra, lorsque le Peuple souverain aura réussi à se réapproprier le pouvoir, se reconvertir dans le métier de bouffon pour lequel si l’on en croit les termes mêmes de sa motion, persuadé que le salut de son parti, en 2022, reposait sur une alliance avec les écologistes, il donne déjà des signes avant-coureurs très prometteurs, dès les premiers mots :

« De la renaissance à l’alternance en 2022 : les socialistes force motrice de la gauche »

Non, c’est pas là ; relevez-vous sinon vous n’arriverez jamais à lire la suite qui vaut pourtant son pesant de cacahuètes :

« Il nous revient […] de soutenir une candidature issue de notre famille politique […]. Les militants auront à se prononcer ; nous proposons aujourd’hui que ce soit celle d’Anne Hidalgo avec l’ambition qu’elle devienne la candidature de la gauche et de l’écologie. »

Déjà là c’est rigolo, mais c’est succès garanti quand, avec une réjouissante férocité, Philippe Kerlouan, auteur de l’article, souligne :

On voit mal le Parti communiste, qui a déjà son candidat, ou les Verts, qui doivent désigner le leur dans une primaire, se rallier, dès le premier tour, à une candidate socialiste. On ne peut compter sur les Insoumis pour la soutenir. À l’intérieur du Parti socialiste lui-même, il y aura nécessairement des dissidents qui jugeront qu’on ne fait pas du neuf avec de l’ancien ou n’accepteront pas qu’une motion, fût-elle majoritaire, remplace une primaire. Une belle pagaille en perspective qui risque fort de réduire à néant les ambitions unitaires d’Olivier Faure.

Et, cerise sur le gâteau… en point d’orgue :

Il faut être dans une grande pénurie de personnalités pour n’avoir rien d’autre qu’Anne Hidalgo à se mettre sous la dent.

Allez-y, lâchez vous, ça fait un bien fou ! Mais la suite n’en est pas moins délectable :

À supposer que les bobos parisiens lui apportent majoritairement leurs suffrages, ce qui n’est pas acquis, on voit mal comment les provinciaux pourraient faire confiance à une parvenue de la politique, qui a grenouillé dans des cabinets ministériels avant d’être élue maire de Paris, en 2014, sans même être majoritaire dans son arrondissement. Elle représente le socialisme dans ce qu’il a de plus contestable et son rayonnement est bien limité. Sa notoriété procède surtout de sa politique anti-voiture, de son inertie face aux camps de migrants et de la saleté des rues parisiennes, qui ne sont pas spécialement des titres de gloire.

https://www.bvoltaire.fr/presidentielle-anne-hidalgo-porte-drapeau-de-la-gauche-et-de-lecologie/

Il faut dire que proposer comme porte drapeau de la gauche ET de l’écologie, celle qui ne cesse de salir ce qui fut la Ville Lumière avant son règne, par la crasse de « la misère du monde » qu’elle prétend héberger (mais loin de chez elle, faut pas déconner non plus !) débouchant forcément sur le retour des rats dans Paris… comme aux plus tristes heures du Moyen-âge.

Car quand on véhicule le message mondial qu’en France « on a droit à tout ce qui nous manque chez nous », hébergeant et nourrissant, sans le moindre début d’éducation à nos règles, il ne faut pas s’étonner de voir régulièrement, et ce depuis des années, certaines rues et certains quartiers de Paris, jonchés de détritus de nourritures ayant « déplu » aux « pauvres migrants », ainsi que matelas et couvertures, abandonnés en vrac et à même le sol… ce qui en dit déjà long sur la « reconnaissance » des « invités » d’Hidalgo et sa clique !

Il est pourtant par ailleurs très clair, que pour apprendre par cœur (parfois sans même connaitre notre langue) « leurs droits » (les devoirs étant carrément un gros mot pour ces sauvages), ils font bien preuve d’une très bonne mémoire… de même que pour nous accuser de racisme et d’esclavagisme… en occultant totalement les exactions de leurs propres pays !

https://www.futura-sciences.com/sciences/questions-reponses/moyen-age-y-avait-il-peste-moyen-age-5595/

La Ville de Paris explique avoir investi 1,5 million d’euros dans la chasse aux nuisibles notamment pour financer des dératisations dans les jardins, et Sur son site, la Mairie reconnaît « qu’éradiquer complètement l’existence de ces rongeurs s’avère impossible », mais écrit agir pour les empêcher de sortir des égouts…

https://www.parismatch.com/Actu/Societe/Invasion-de-rats-a-Paris-la-video-effrayante-d-un-eboueur-1444106

Une chose s’évère pourtant évidente, c’est que tant que la monstrueuse politique du « vivre ensemble » que les faux socialauds et leurs complices de tous bords, nous imposent, perdurera, la « dératisation » sera aussi efficace que cautère sur jambe de bois… tant quelle ne visera pas les rats à deux pattes !

Et si la Dingo veut bien accepter un conseil venant d’une « complotiste », qu’elle fasse donc appel à notre grand joueur de pipeau national ; sans doute pourra-t-il, comme dans le conte allemand de Hamelin, conduire les rats… en enfer, là où est leur vraie place.

Et comme un plaisir arrive rarement seul, la réaction de Yannick Jadot, représentant EELV et fortement contrarié, n’entend pas se taire, et clame :

Dans une interview accordée au Journal du Dimanche le 14 août, l’élu écologiste clame haut et fort sa volonté de ne pas se ranger derrière la maire de Paris. « Elle n’est même pas candidate », lance-t-il d’abord. « Elle est décrite en état d’apesanteur depuis Tokyo. Il est en effet important qu’elle s’attèle à la réussite des JO de 2024 à Paris », ajoute-t-il inquiet d’être dans l’ombre de sa rivale de gauche.

Renvoyer la folle à ses J.O. (et au boulot qui sera nécessaire pour planquer sous le tapis toutes les immondices défigurant Paris) avouez que c’est très fort…

Ce qui l’est moins en revanche, c’est quand l’élu écolo, vantant une écologie radicale, semble nettement se tirer une balle dans le pied, par des propos, proprement effrayants :

Le représentant EELV dit respecter l’histoire du parti socialiste mais relève aussi que ce dernier « reste tiraillé entre des visions contradictoires incompatibles avec les urgences à affronter ».

Là on est d’accord, mais :

En cas de victoire à la primaire des écologistes, Yannick Jadot veut que EELV reste indépendant d’autres partis de gauche, et souhaite défendre ses valeurs profondes : « Je veux incarner une écologie radicale car la réalité nous l’impose quand il s’agit de lutter contre le dérèglement climatique, les inégalités et pour la démocratie », promet-il.

https://www.valeursactuelles.com/politique/yannick-jadot-exhorte-anne-hidalgo-a-soccuper-des-jo-de-paris-2024-plutot-que-de-la-presidentielle/

Dommage ! Il avait bien commencé en taclant Hidalgo comme elle le mérite, mais souligner ainsi, sans filtre, la radicalisation d’une écologie qui, soyons honnête, emmerde déjà radicalement, une grande majorité de citoyens normaux, c’est-à-dire ceux déjà bien conscients que le fameux dérèglement climatique est une des fables des mondialistes fous pour instaurer la peur chez les humains fragiles…est déjà sujet à caution…

De même que si les « inégalités » et « la démocratie » étaient vraiment le principal souci des pros de la politique en général, et écolos en particulier… cela se saurait !

Sans blague !

Josiane Filio, au nom de la Liberté d’expression