Article dégueulasse de la Marteau contre Patrick Jardin

diffame-pj-porte-plainte-300x136.jpg

Capture FDesouche

 

Nouvelle réjouissante pour les patriotes qui vomissent la secte des journaleux bien-pensants,  transmise via FDesouche ; le père admirable qu’est Patrick Jardin, dont la fille Nathalie a été assassinée au Bataclan, diffamé dans un des torchons du système , vient immédiatement de porter plainte pour diffamation !

 

En lui « rendant hommage », à sa manière répugnante, comme chaque fois qu’il s’agit de punir un « mal-pensant » en le salissant, ici par de petites phrases insidieuses qui en disent long sur l’hypocrisie du média, celui-ci se complaisait à montrer du doigt la haine (inadmissible) du père éploré, mais n’avait  pas mesuré l’étendue de son courage.

Le résultat est que la réponse du diffamé ne s’est pas faite attendre ; il a immédiatement porté plainte ce matin même.

Le Monde (naturellement rebaptisé « L’Immonde » par les patriotes), puisqu’il s’agit de lui, enchaîne les clichés les plus dégueulasses, pour souligner la haine ressentie par ce père meurtri, que ces monstres sont bien incapables de ressentir, n’ayant en définitive, ni couilles, ni cœur, ce qui leur permet de vivre, à l’image de « leur » président, le pantalon sur les pieds, affalés à tous propos devant les tenants de l’islam, s’imaginant ainsi les amadouer.

Pourtant, malgré la saloperie évidente qui suinte, il faut retenir que malgré la perfidie de certains termes, masquée derrière une fausse empathie, l’essentiel est que le courage de ce père soit connu du plus grand nombre… quitte à ce que certains parents de victimes, un peu trop consensuels face aux représentants du pouvoir ayant une immense responsabilité dans la mort de leur proche, éprouvent enfin de la honte pour leur lâcheté… c’est le minimum qu’ils doivent leur doivent !

Car de son côté, depuis l’insoutenable drame, Patrick Jardin ne baisse jamais les bras.

Citoyen osant clamer sa douleur au nez des « puissants » en leur réclamant des comptes, il entendra Valls, vil premier ministre au moment du drame lui répondre : « pas devant les caméras », édifiant témoignage de courage du paltoquet, et dont Patrick titrera son livre en 2020, dont voici un émouvant résumé :

Ce livre est un cri de colère – le cri de colère d’un père à qui on a arraché sa fille. Colère contre les barbares islamistes d’abord. Mais aussi colère contre la lâcheté des politiciens qui n’ont rien fait pour s’opposer à l’islamisation de la France. Les bien-pensants s’indigneront peut-être. Mais comment juger un homme qui a subi une perte si lourde – par la faute d’autres hommes ? Patrick Jardin n’a plus rien à perdre.
Et un seul objectif : empêcher de nouvelles tragédies où disparaîtraient d’innocentes victimes comme sa fille Nathalie.

Alors bien sûr, les « bien-pensants » sont aux premières loges, en plein procès (6 ans après les faits !) des monstres qui ont œuvré ; attendant avec impatience ce que sera le témoignage de celui qui semble malheureusement l’unique courageux parmi les membres des parties civiles,  attendu à la barre le 26 octobre prochain.

Et pour discréditer cet homme, dont le courage les renvoie à leur propre lâcheté, qu’il s’efforcent d’oublier, c’est une suite de paroles fielleuses, formules à l’emporte-pièce, pour frapper les esprits… mais qui ne feront mouche que chez leurs semblables.

Ça commençait avec le titre, qu’ils se sont empressés de modifier… sentant peut-être qu’ils poussaient le bouchon trop loin…

 

Déjà, la journaleuse n’ose même pas écrire « le procès des islamistes », préférant noyer le poisson sous « le procès des attentats » qui ne veut rien dire ; ensuite, effectivement qu’elle est sans limite la colère d’un père à qui on a arraché sa fille bien aimée !

Parce qu’elle n’est pas morte confortablement dans son lit, des suites d’une maladie, Nathalie ; ELLE A ETE SAUVAGEMENT ASSASSINÉE PAR DES ISLAMISTES ! Et personne ne sait ce qu’elle a ressenti avant de mourir ; pensées qui sans aucun doute, tortureront son père jusqu’à sa propre fin!

Puis c’est : « Depuis le drame, il multiplie les discours vengeurs à l’égard de l’islam » 

Où l’on comprend bien sûr que c’est mal de penser à une vengeance… et encore plus quand celle-ci est dirigée contre l’islam, cette innocente religion d’amour et de paix.

« Partie civile dans le procès des attentats du 13-Novembre, le père de Nathalie, 31 ans, tuée au Bataclan, viendra à la barre pour « cracher sa haine », comme il dit, le 26 octobre

Ce que ces être abjects, se prétendant humains en soutenant l’islam, sont incapables de comprendre, c’est que chez une immense majorité de citoyens, aimant réellement leurs proches, la haine est absolument légitime, vis-à-vis de ceux qui les ont arrachés à la vie, et de manière particulièrement atroce, raison pour laquelle les autorités ont imposé le silence sur ce « détail » !

A rebours de la plupart des parties civiles, dont la douleur ne déborde pas dans le champ politique, l’insondable tristesse de Patrick Jardin alimente un militantisme d’extrême droite ancien et virulent. Et nul ne sait si ce père dévasté sera capable, à la barre, de contenir la rage qui l’anime.

Mais qui déborde dans le champ politique, ici, si ce n’est celle  qui a pondu ces saloperies ?

Incapable d’ailleurs de faire la nuance entre « tristesse » et « chagrin » !

Se gargarisant une fois de plus avec  « l’extrême droite », unique épouvantail pourtant usé jusqu’à la corde, brandi en permanence pour effrayer les gens impressionnables, ce torchon est parfaitement incapable dans son immense mauvaise foi gauchiste, de souligner que précisément lors de ce drame, ce ne sont pas des militants d’extrême droite qui ont torturé puis abattu les victimes, mais bien des islamistes !

Et si les « bonnes âmes » ont réussi, après bourrages de crâne adéquats, à faire glapir ou écrire, à certaines victimes ou « parents de », de pathétiques « ils n’auront pas ma haine », pardonnant, du moins en apparence, aux bourreaux de leur mari, femme, enfant, parent, ami… c’est légitimement incompréhensible, de la part de Patrick Jardin, comme de beaucoup d’êtres sains d’esprit, d’admettre le pardon aux assassins, de la part de tant de gens… précisément à une époque où les marques d’individualisme et d’égoïsme de la société dans son ensemble, ne semble pas disposer les foules au pardon… sauf à se livrer aux hypocrisies des félons du pouvoir.

Ceux qui avaient immédiatement réagi à l’article du Monde, seront satisfaits d’apprendre la décision de Patrick Jardin de le poursuivre pour diffamation, surtout ceux qui sur FDesouche, exprimaient leur colère sans fard.

 

Comme Patrick je me battrais pour obtenir une condamnation exemplaire, si on touchait à un cheveu de ma famille, mais je n’ai même pas besoin d’en arriver là pour haïr de concert avec lui, tous les responsables  de cette tuerie, dont les premiers sont bien évidemment les politiques qui n’ont rien fait (et qui continuent à ne rien faire, malgré leurs simagrées aux obsèques) !

Courage Cher Patrick, Nathalie seraient si fière de son père lui prouvant par son courage à quel point il l’aime et chérira son souvenir… tandis que nous nous efforcerons à vos côtés, de faire rendre gorge à tous les responsables… si haut soient-ils placés, il ne le sont que sur leur cul, comme tout le monde !

Josiane Filio,  au nom de la Liberté d’expression

Sources :

https://www.fdesouche.com/2021/10/18/patrick-jardin-pere-de-nathalie-tuee-au-bataclan-les-porte-paroles-des-victimes-nont-contrairement-a-moi-aucune-haine-pour-moi-cest-incomprehensible-ils-ont-le-sy/

https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2021/10/17/au-proces-des-attentats-du-13-novembre-la-colere-d-un-pere-haineux_6098705_4500055.html