Effondrée, j’ai la rage et la haine contre… 58% de con-patriotes !

 

La fourmi, par haine du cafard, vota pour l’insecticide. Ils furent tous anéantis… même le grillon qui s’était abstenu !

Une nouvelle fois depuis hier soir 20 heures, le diable ricane, et le mal va pouvoir encore progresser, se surpassant dans l’horreur et la démesure de sa veulerie, son égoïsme et sa cruauté.

On va en chier… c’est sûr ! Merci aux lâches abstentionnistes et aux électeurs du Maudit.

Syndrome de Stockholm pour 58 % des prétendus « Français » ? J’y crois pas !

Je crois en revanche, malgré les magouilles et les manipulations de masses qui n’ont cessé d’empuanter cette sinistre farce qu’est devenue cette élection dans notre « flamboyante république démocratique d’hier », ajoutées aux fraudes certaines là où le danger imminent les a rendues « indispensables »… je crois au contraire fermement, que comme l’avait constaté le Général de Gaulle… des bataillons de Français, déjà fiers d’être des veaux, se sont enrichis de moutons, capables sporadiquement de montrer les dents pour des sujets insipides… quand d’autres bien plus scandaleux, les trouvent bêlant à qui mieux mieux les louanges de leurs tortionnaires, là où il faudrait justement leur rentrer dans le lard avec force et détermination.

Avec leur fric et leurs « petites mains » dûment achetées, « ils » peuvent tout ; nous en avons encore aujourd’hui une preuve éclatante, malgré tout ce qui a été fait de monstrueux depuis des lustres, tout au long de cette interminable descente aux enfers, aisément divulgués par les réseaux sociaux même sous  haute surveillance… laquelle va encore plus se resserrer de manière drastique, n’en doutons pas un instant !

La mafia Fabius veille sur vous… le parrain et ses deux rejetons !

Deux gueules de bois en quinze jours, ça fait beaucoup… même si cela fait bien trente ou quarante ans que systématiquement les brèles portées régulièrement au pouvoir par l’armée des exploités volontaires, nous habituaient amèrement à ces défaites devenues prévisibles et à ces révoltes qui ne venaient pas ou si peu…

Ma certitude aujourd’hui, c’est qu’un énorme nombre de citoyens ayant eu l’immense chance de naitre en France, dans ce pays que nos ancêtres ont porté au plus haut, connu dans le monde entier pour… « tout ce qu’un petit con vaniteux et méprisant, paré de son inculture, de sa folie et de sa perversité, réfute à coup d’incessants mensonges » ; il est criant aujourd’hui que tous ces stupides inconscients ne méritent pas l’énorme privilège d’être « Français », tout simplement !

La meilleure preuve c’est que malgré les constantes alertes de quelques « éclairés », ils persistent à se laisser « bouffer la laine sur le dos », sans trop broncher…  en redemandant même régulièrement… lors de « consultations bidons » où tout est fait pour les maintenir dans l’erreur,  la peur et la dépendance.

Au plus fort de la comédie de cette pandémie, gonflée à dessein pour servir d’alibi aux démons, j’étais désespérée du piètre (pour ne pas dire nul) choix qui s’offrait à nous pour changer les choses, et donner enfin une bonne leçon à tous ces cuistres se prenant pour des hommes de bien, quand ils ne sont que d’ignobles cafards puants…

Puis en même temps où l’ignoble inverti-dégénéré-méprisable individu qui, via le pouvoir de ses maitres friqués, multipliait les trahisons envers ce  peuple qu’il déteste… nous arrivait un espoir insensé, en la personne d’un « chevalier blanc » presque de dernière minute, et qui allait à une vitesse prodigieuse, sortir non pas de l’ombre puisque déjà célèbre, mais de sa zone de confort personnelle, pour se jeter dans une bataille qui s’annonçait déjà féroce, et réaliser de véritables exploits en s’attachant un nombre sans cesse croissant de patriotes, inconnus ou célèbres, soudain galvanisés par cet amour débordant de la France et des Français.

Pendant que la plupart des félons au pouvoir se trimbalent de véritables quincailleries pour des faits hautement punissables (mais pas  pour eux !), ce nouveau prophète, déjà persécuté par d’indignes plaintes et procès… pour avoir dit la vérité dans ses écrits de vrai journaliste-éditorialiste… devenait immédiatement la nouvelle cible (parce que bien plus dangereuse) de tous les « prétendus gens de bien ».

Démontrant si nécessaire qu’avec du fric, beaucoup de fric, on peut tout acheter… ou du moins beaucoup de monde, les pourritures auto-proclamées nouveaux-maîtres-du-monde  sous l’appellation « Nouvel Ordre Mondial », confondant vraie grandeur avec pouvoir du fric, s’en donnent à cœur joie, avec l’argent dérobé aux contribuables, ne regardant pas à la dépense, considérée comme « investissement » qui donnera plus tard d’encore plus magnifiques fruits… pour s’acheter de nombreux « amis », « soutiens », sympathisants… manifestement prêts à vendre père et mère (et donc électeurs) pour une place au soleil, renouvelable indéfiniment si possible.

Hier les lâches, les félons, les faux-jetons… ont encore gagné, et l’avenir s’est à nouveau couvert d’un voile noir, celui du malheur prévisible par les  plus sensés ; au point que les plus désespérés parlent d’abandonner la France.

Quitter ce pays hier si beau, si libre et si riche… comme le prétendent beaucoup de citoyens écœurés !

Mais pour aller où ? Dans un  pays où l’on ne connait ni la langue, ni les us et coutumes et les lois… quand on ne possède pas la mentalité des envahisseurs sans éducation et sans respect qui nous sont imposés depuis des lustres, pour en faire des électeurs plus dociles ?

Surtout que désormais comme son nom l’indique,  le N.O.M. est partout, car ce n’est pas simplement la France, ni même l’Europe qui est son terrain de chasse ; c’est le monde !

Rien n’est trop beau pour leur ignoble goinfrerie, n’ayant jamais assez de richesse et de pouvoir pour asseoir leur puant pouvoir sur les hommes et les femmes du monde entier.

Alors bien sûr cela semble plus facile pour ceux de ma génération qui n’aspirent qu’à finir leur fin de vie le plus paisiblement possible ; mieux vaut donc encore rester chez soi, où au moins la souffrance endurée sera en terrain connu, avec certes de moins en moins d’amis sincères et pareils à nous, mais parlant notre langue… et le refuge de nos auteurs et de tous les grands hommes et femmes ayant fait de la France ce qu’elle était, avant la mainmise de ces grossiers illettrés se nourrissant de frics bien plus que de savoir universel.

En me relisant, il m’apparaît nécessaire de mettre un bémol à mon jugement sur les électeurs français… car si effectivement un nombre ahurissant d’entre eux est méprisable par son manque d’honneur, ses renoncements et son égoïsme n’ayant rien à envier à celui qui les a littéralement hypnotisé par un faux charisme et une fausse bonhommie… bien d’autres (ceux qui se sont pressés avec foi patriotique et enthousiasmes aux meetings d’Eric Zemmour) ont au contraire montré à quel point cette France silencieuse, étouffée depuis des décennies par les forces du mal, est grande, belle et forte… et qu’elle n’a pas dit son dernier mot.

En dépit d’eux, c’est donc hier, « la France d’en Haut »( + quelques crétins irrécupérables) qui a gagné contre « la France d’en Bas », celle qui bosse, celle qui souffre… et celle dont profitent tous les charognards vivant à ses dépens, sans la moindre reconnaissance mais au contraire le désir de la détruire …

Il me vient donc l’idée, un tant soit peu revigorante… que parmi cette France d’en bas, dont je suis avec fierté, quand se confirme l’ignominie de l’autre… certains qui ont depuis longtemps pris la mesure de ce qui menaçait… de plus en plus  précisément… sont fins prêts (bien que non consentants) aux nouvelles « privations » qui s’annoncent pour nous les « gens qui ne sont rien ».

Ceux-là ont depuis longtemps fait des provisions en tous domaines, aptes à les faire vivre en autarcie pendant un bon moment… ce qui fait, qu’entre ceux qui ne pourront plus rien acheter par manque de moyens, et ceux qui s’autosuffiront via leurs provisions… la France d’en haut risque de voir rapidement ses revenus péricliter dangereusement… même si eux, en matière de fric ont fait sur notre dos et depuis fort longtemps, de salvatrices économies.

Ajoutons à cela le désarroi de ceux qui nous ont moqué, nous traitant d’affreux complotistes, voire de tarés, lorsque nous tentions de les avertir du danger de plus en plus imminent… et j’en connais personnellement ; il y aura là, et de plus en plus, quelques moments à savourer, où les prévoyants pourront se permettre d’aider « ceux qui le méritent » car appauvris contre leur plein gré… et d’envoyer « se faire voir chez nos amis Grecs », tous les connards (et connasses) qui se payaient notre tête qu’ils pensaient « fêlée », quand ce sont eux qui pataugeaient dans la semoule.

Que les élus félons ayant fait allégeance à l’islam, en pensant pouvoir utiliser les électeurs musulmans, puissent très vite en recevoir en « récompense » le châtiment qu’ils méritent et finissent dans d’atroces souffrances, sera la légitime réponse aux tourments qu’ils nous ont infligés… mais nos souffrances personnelles (morales comme physiques) nous permettront-elles de le savourer ? Rien n’est moins sûr.

Comment se sortir alors de l’ infernal cercle vicieux de cette situation qui nous échappe ?

Je n’ai pas la solution, car le peuple a largement été « façonné » via un enseignement de plus en plus dépravé, imposé aux enfants depuis déjà des décennies… ce qui commence à porter ses fruits chez beaucoup d’électeurs, devenus de beaux « mougeons » (croisement entre moutons et pigeons) pour l’instant encore bien dodus… mais pas pour longtemps…  et quand enfin ils finiront par comprendre (peut-être) il sera trop tard pour tout le monde.

La guerre civile espérée par certains serait aussi monstrueuse finalement que la potion Macron et Cie… alors la logique voudrait qu’ un jour les générations futures ayant touché le fond de la misère, trouveront enfin peut-être, le courage et la force qui étaient ceux de nos vaillants aïeux pour combattre leurs ennemis d’alors, et réussir à imposer une certaine paix doublée de sécurité… devenus impossibles aujourd’hui à cause de fieffés crétins. Mais beaucoup d’entre nous ne serons plus là pour le voir.

Josiane Filio, au nom de la Liberté d’expression