Aimer la France c’est légitime, pour Stella Kamnga et Christine Kelly

Le vrai talent à l’état pur, dispense ces deux beautés noires, intelligentes et cultivées… de jouer les victimes des affreux blancs !

 

J’ai pour habitude de clamer que pour moi la couleur de peau d’un individu n’intervient aucunement dans mon jugement de valeur à leur endroit… mais qu’au contraire celle de leur âme a tout à y voir. Et si de nos jours il suffit d’être blanc pour être taxé obligatoirement de racisme, il est heureusement en ce moment, deux femmes exceptionnelles, nées avec la peau foncée… et une belle âme, pure et saine, ayant su se garder des folies ambiantes de l’auto-proclamée bien-pensance.

Si depuis des lustres l’actualité, surtout en période d’élections, nous dispense généreusement de quoi nous désespérer… de la veulerie d’une grande partie des candidats, tout autant que celle de leurs complices (médias, associations bidon) accourant à la soupe, prêts à trahir la France et ses patriotes sans la moindre honte… il se trouve qu’ actuellement les curieuses personnalités de certaines députées nouvellement élues ou réélues, seraient systématiquement dispensées de la moindre critique en raison de leur couleur de peau… au nom du vilain « racisme » dont on affuble tout citoyen dès lors qu’il est blanc de peau !

Pourtant, si les habituels accusateurs pouvaient se pencher sans a priori sur les journaliers vols, viols, exactions, assassinats principalement à l’arme blanche… en constante augmentation à cause du laxisme du pouvoir, résolument et honteusement raciste envers ses propres concitoyens… ils constateraient le ravage du racisme pratiqué sans trêve par de très nombreux citoyens « de couleur » envers les citoyens blancs qu’ils haïssent… au nom d’un  esclavagisme qui a pourtant disparu depuis longtemps en France… tout en  persistant précisément en Afrique, parfois au sein d’une même famillemais cela il ne faut pas le souligner, sous peine d’être traité de racisme ; trop commode !

Que ce soit en raison de l’évidente éclosion de sales mentalités, tant chez une majorité d’élus de tous bords, prêts à tout pour obtenir le Graal, ou se maintenir à la table des festins, que chez leurs affidés médiatiques, ayant tout comme eux perdu le sens de l’honneur, et la déontologie de leur beau métier qu’ils bafouent honteusement, chaque fois qu’ils ouvrent la bouche, ou qu’ils prennent la plume… les gens honnêtes, sont écœurés de tant de basses  méchancetés, totalement gratuite et qui pourraient aisément être démolies, simplement avec de l’honneur et de la sincérité.

Pour l’heure, après l’effervescence des législatives et leurs curieux résultats, dont le principal est justement un sérieux camouflet pour le « moufflet se prenant pour un vrai président »… les projecteurs sont dirigés vers une personnalité nouvellement élue, qui offre deux avantages pour les adeptes de la si généreuse bien-pensance…être noire et femme de ménage !

Deux qualités d’après les « beaux esprits », démontrant qu’il est possible d’obtenir une belle position, malgré deux handicaps de départ… mais pour lesquels la qualité par rapport au job est totalement accessoire.

Il n’a d’ailleurs pas échappé au très vigilent FDesouche, la différence de traitement faites entre deux nouvelles députés, femme de ménage… Rachel Kéké, étant noire et élue sous l’étiquette NUPES, tandis que l’autre, Lisette Pollet est blanche et élue sous les couleurs RN.

Souhaitons leur à toutes deux un travail productif à l’Assemblée Nationale, si éloigné de leur profession première… sans en faire pour autant motif à propagande pour la gauche !

https://www.fdesouche.com/2022/06/20/legislatives-2022-rachel-keke-lfi-nest-pas-la-seule-femme-de-menage-a-avoir-ete-elue-hier-lisette-pollet-nouvelle-deputee-rn-de-la-drome-lest-aussi/

Mais deux autres jeunes femmes, dont la mentalité et le langage qui en découle, ne peuvent qu’émerveiller les Français de souche, tellement discriminés, insultés, niés… par leurs « propres » dirigeants… donnant ainsi des ailes à tous les racistes venus d’ailleurs, profiter du travail des citoyens pour mieux les mépriser et œuvrer pour remplacer nos us et coutumes par les leurs.

La première, Stella Kamnga, née au Cameroun, nous apprend qu’elle a tant rêvé de la France, que forte a été sa surprise à son arrivée, de constater qu’il y avait autant de noirs sur son sol ; et que très vite lui est venue l’idée de la défendre, contre ceux-là même qui souvent lui doivent tout… mais se complaisent dans un rôle de victime totalement faux !

Devenue essayiste, puis chroniqueuse aux Grandes Gueules en juin 2021, et s’exprimant sur Front Populaire, écoutez ce court extrait de septembre 2020, où à contrecourant du langage « officiel » des prétendus antiracistes, elle met les pieds dans le plat, en affirmant que « noire elle n’est pas une victime ».

Bien dans sa peau et forte de sa réussite, Stella assume sans complexe sa négritude, ni dans un sens ni dans l’autre, contrairement à beaucoup d’aigris mettant systématiquement leurs échecs sur un prétendu racisme envers leur couleur de peau…

Forte de son vécu et de son expérience, Stella Kamnga est venu pousser un coup de gueule sur la gestion hypocrite de certains élus de banlieue qui assignent explicitement les Français d’origine immigrée dans une posture de victime éternelle.

https://frontpopulaire.fr/o/Content/co244454/je-suis-noire-et-je-ne-suis-pas-une-victime

En décembre 2020, elle revient sur un événement qui une nouvelle fois avait donné en octobre l’occasion à Rokhaya Diallo, endossant son habit de victime, de porter plainte contre des  propos qualifiés de racistes ; et c’est un vrai bonheur de l’entendre s’exprimer dans un français qu’hélas beaucoup de natifs ne maitriseront  jamais aussi bien… donnant une magistrale leçon à la punaise Diallo, en soulignant que c’est grâce à la France qu’elle est ce qu’elle est, et qu’à ce titre elle devrait cesser de la critiquer chaque fois qu’elle prend la parole officiellement.

Dans l’émission « Les Vraies Voix » diffusée en octobre dernier sur Sud Radio, une auditrice a tenu des propos qualifiés de « racistes » à l’encontre de Rokhaya Diallo. Stella Kamnga a souhaité revenir sur cette affaire.

https://frontpopulaire.fr/o/Content/co333154/affaire-sud-radio-cette-auditrice-raciste-aurait-pu-etre-ma-mere

Son actualité récente, c’est la sortie de son livre, que je vous conseille de vos procurer ; titrant « La France n’est plus la France », elle ajoute « Oui la France mérite d’être aimée ! ».

https://www.youtube.com/watch?v=zqX7bvKHMnU

Dans un ouvrage très personnel, la chroniqueuse de RMC retrace son arrivée en France, ses déconvenues, et l’amour candide qu’elle voue à sa nouvelle patrie. Une expression franche et directe, mais dont le sentiment qui en est au fondement ne pourra pas être soupçonné d’insincérité.

https://www.causeur.fr/stella-kamnga-lettre-non-coupable-a-france-229965

Incontestablement dans le contexte actuel où les patriotes français se sentent de moins en moins chez eux, et où ils sont tout juste bons à trimer pour prendre en charge toute la misère du monde, ne recevant en récompense que haine et mépris incompréhensibles… les paroles de Stella sont comme un véritable onguent sur nos cœurs brisés par tant d’ingratitudes.

Qu’elle en soit grandement remerciée, autant pour nous que pour « certains de ses frères et sœur africains » auxquels elle fait la leçon, puisque eux ne perçoivent pas que c’est précisément en prenant continuellement fait et cause contre nous, que les prétendus « braves gens » les utilisent pour leur propre intérêt… et que ce faisant ils réactiveront le racisme primaire, qui ne manquera pas de se réveiller chez certains citoyens, incapables de découvrir et comprendre  les sales manipulations destinées à nous dresser les uns contre les autres…  satisfaisant ainsi le nocif projet des odieux mondialistes.

Mon second coup de cœur du jour va à une autre femme admirable qui, comme Stella, allie la beauté, l’instruction et l’intelligence… auxquelles  il faut ajouter le courage, car elles ne sont pas arrivées là où elle sont, sur un simple claquement de doigts, mais en travaillant… qualités qui ne les ont pas rendues pédantes et donneuses de leçons, car au contraire leur richesse du cœur les amènent à une modestie et une sincérité qui les rendent encore plus attachantes.

Christine Kelly, puisque c’est d’elle dont il s’agit, partage avec Stella Kamnga, entre autres similitudes, une même actualité de sortie de livre ; et c’est également sur Front Populaires qu’elle  s’exprime. 

Elle est l’une des figures de proue de CNews, dont elle a largement contribué, depuis trois ans, à redresser les courbes d’audience. Mais en donnant entre autres la parole chaque soir dans son émission “Face à l’info” à des personnalités « infréquentables”, en osant traiter certains sujets politiquement incorrects, Christine Kelly s’est aussi exposée à la haine et aux menaces.

Dans son nouveau livre (Liberté sans expression, éditions du Cherche-Midi) elle donne une fin de non-recevoir à ceux qui cherchent à l’intimider, et sonne un cri d’alarme pour son métier : informer.

Soutien des écrits d’Éric Zemmour depuis de longues années, c’est bien entendu lorsque ce dernier a été reçu par Christine Kelly sur CNews que j’ai pu apprécier le professionnalisme de la jeune femme qui dès le départ l’a traité avec gentillesse et sans l’agressivité que ses collègues « d’ailleurs » se croient, aujourd’hui encore, en droit de pratiquer à son encontre…

Ce n’est donc pas une surprise de l’entendre aujourd’hui déclarer : « Je n’ai jamais regretté d’avoir travaillé avec Éric Zemmour, bien au contraire. « … Ce qui ne pourra que déplaire à celles-zet-ceux qui s’amusent à le décrire comme un vilain misogyne.

A la question « pourquoi êtes-vous inquiète pour la liberté d’expression ? » (objet de son livre), elle répond :

Quand on est inquiète, c’est que l’on a peur que quelque chose arrive. Mais j’ai dépassé le seuil de l’inquiétude. Car je sais que l’on a déjà perdu la liberté d’expression. C’est la raison pour laquelle je dis que nous avons désormais une “liberté sans expression”. Pour l’affirmer, je me base sur mon expérience, sur ce que j’ai vécu depuis que j’anime “Face à l’info” sur CNews. Or, ce qui m’arrive est complètement insensé. A cause des menaces que j’ai reçues, je suis obligée d’avoir recours à une protection rapprochée.

Son analyse du phénomène est donc percutante lorsqu’elle explique comment elle la vit :

Comme une inversion des valeurs. Depuis que j’exerce mon métier, je me suis engagée dans le couloir de la neutralité. Autrement dit, quand j’anime une émission, je ne donne pas mon avis à l’antenne, je n’arrive pas en tant que noire, en tant que mère de famille, en tant que Guadeloupéenne, en tant que Parisienne ou en tant que présidente d’une association qui aide les familles monoparentales, mais en tant que journaliste.

Tous ceux qui journellement pavoisent sur les ondes et les écrans, bourrant les crânes des « gens qui ne sont rien » de leurs  poncifs aussi ridicules qu’éculés, feraient bien d’en prendre de la graine, car à l’inverse de Christine Kelly véritable journaliste faisant honneur à son métier, ils soulignent plutôt qu’eux-mêmes ont sans doute trouvé leur carte de presse… dans une pochette surprise !

https://frontpopulaire.fr/o/Content/co11968250/christine-kelly-je-n-ai-jamais-regrette-d-avoir-travaille-avec-eric-zemmour

Ce soir, celle qui pour moi est la nouvelle « Reine Christine » du  petit écran, recevra précisément Zemmour, où sans aucun doute seront analysés ses injustes échecs, incompréhensibles aux yeux du nombre de ses adhérents et soutiens et de l’enthousiasme qu’il a su lever chez tant de citoyens.

Je laisse à certains de mes « camarades d’écriture » le soin de commenter ce qui sera indéniablement une passionnante émission… préférant m’installer benoitement devant mon téléviseur pour me régaler des échanges de ces deux personnes que j’estime au plus haut point, sans avoir besoin de prendre des notes.

Et pour remercier des deux magnifiques femmes, Stella et Christine, n’oubliez pas d’acheter leurs ouvrages respectifs, simple mesure de gratitude envers elles qui savent résister au rouleau compresseur d’une certaine « bien-pensance »…

Josiane Filio, au nom de la Liberté d’expression

P.S. je dédis humblement ce texte à une troisième femme qui, de par son talent additionné de courage, et sans langue de bois, a gagné mon estime pour son fabuleux travail tant de médecin que d’écrivain : le docteur Nicole Delépine, qui récemment a attiré mon attention sur Stella Kamnga dont j’avais oublié le nom, mais non une de ses premières interventions, pleine de bon sens.