Manipulation LFI : le vrai scandale, ce sont les propos de Carlos Martens Bilongo

Oui, qu’ils retournent en Afrique… ces migrants que l’U.E. nous impose ! Mais quelle aubaine pour LFI, Nupes et Cie, cette équivoque verbale chez un député RN, tremplin à leurs immédiates accusations de « racisme » brandies aussitôt avec la haine envers le RN qui les consume sans répit  !

Un nouveau chapitre sur l’invasion imposée au peuple, par les politicards félons et toutes leurs cliques (qui en croquent) s’est ajouté hier à une liste déjà longue, d’incidents « diplomatiques » entre les vrais représentants du peuple à l’Assemblée Nationale, et ceux qui, parés d’une étiquette de prétendus humanistes, ne roulent en réalité que pour eux et leur clan !

Comme ils seraient aux oubliettes depuis longtemps, ces soudards, si le gavage quotidien de cerveaux fragiles et mal armés contre la félonie, ne réussissait pas à les faire réélire encore et encore, nonobstant toutes les saloperies à leur « actif », rapportées pourtant avec constance, par les lanceurs d’alertes !

Mais malgré l’immense travail de ré-information, effectué tant par quelques médias encore honnêtes et réalistes (ne bénéficiant pas de subventions), que par des sites animés par des bénévoles, beaucoup trop de citoyens sont encore la proie des manipulations étatiques, visant à les induire en erreur, quasiment à propos de tout événement.

L’incident d’hier, basé sur la double signification possible d’un simple mot, selon qu’il était affirmé au singulier ou au pluriel, mais dont la nuance est inaudible à l’oral, est très vite devenu un méga scandale, à propos d’un prétendu racisme insupportable, dès lors qu’il est devenu l’objet d’une grossière manipulation de tous les groupes de félons, sous la férule de cette prétendue France insoumise… véritable faux opposant à Macron dont ils suivent la politique, tout en clamant le contraire aux naïfs et bas de plafond !

Au départ, une simple intervention du député LFI, Carlos Martens Bilongo lors du débat dont le sujet à lui seul est déjà explosif : le blocage depuis onze jours d’un total de 952 « rescapés » secourus en mer par l’Océan Viking et les bateaux de deux autres ONG, qui attendent de pouvoir débarquer dans un port « sûr » … autrement dit, complice de cette infernale invasion imposée, sous couvert d’un hypocrite humanisme, au autochtones de toute l’Europe, avec l’aval des forces de gauche, aidée par les félons des prétendus républicains LR, refusant de faire alliance avec le RN.

Intervention soulignée d’un « qu’il(s) reparte(nt) en Afrique » du député RN Grégoire de Fournas. Le « il » pouvant se comprendre au singulier selon qu’il vise le navire, ou au pluriel selon qu’il désigne « les migrants » dont la majorité silencieuse des citoyens (incluant tous ceux qui ne votent pas !) ne supportent plus l’invasion et les méfaits de toutes sortes !

https://www.youtube.com/watch?v=0uSxNlFMbus

Le soutien de ce député, au français très approximatif pour un mec né en France … a fusé immédiatement de toutes parts, contre celui du camp « ennemi », cet odieux RN représenté ici par le député Grégoire de Fournas.

Car malgré tous leurs efforts pour détruire ce parti (sauf au moment des présidentielles, lorsque Macron préfère « débattre » contre MLP, plutôt qu’avec un adversaire bien mieux rompu que lui-même à la pratique de la langue française et à la volonté inébranlable de soulever le tapis pour montrer aux électeurs ce qui se cache dessous …) ; celui-ci est désormais représenté par 89 députés, dûment élus et tout aussi légitimes, voire bien plus, que bon nombre de ceux parés des couleurs rose, rouge, bleu… lesquelles se confondent le plus souvent en une sale couleur de traitrise et de bassesse, lorsqu’il faut voter « pour » ce gouvernement indigne… que par ailleurs ils osent sans vergogne prétendre combattre !

https://www.nouvelobs.com/elections-legislatives-2022/20220622.OBS60023/qui-sont-les-89-deputes-rn-on-a-epluche-les-cv-de-l-equipe-de-marine-le-pen-a-l-assemblee.html

On peut donc s’attendre dans les jours qui suivent, à un déluge de mauvaise foi en boucle, affluant de toutes part, à commencer par le C.R. officiel des débats, ayant tranché de manière pour le moins étrange, sur la phrase en question :

Le compte rendu des débats, rédigé par les fonctionnaires de l’Assemblée nationale après écoute minutieuse des propos tenus, attribue la phrase « Qu’il retourne en Afrique », au singulier, à l’élu RN. Il est vraisemblablement impossible, à l’oral, d’établir si celui-ci voulait employer le singulier ou le pluriel.

https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/qu-il-retourne-en-afrique-ce-que-dit-le-compte-rendu-des-débats-à-l-assemblée-nationale/

Deux versions diamétralement opposées, selon qu’elles viennent des soutiens du « politiquement correct » hurlant immédiatement au racisme contre le député « foncé », ou du « prétendu camp du mal » regroupant tous ceux qui refusent de céder à la pensée unique des petits kapos de gauche et tous leurs complices.

1/ Les pleurnicheries du député prétendu victime de « racisme », ce mot miraculeux utilisé par les manipulateurs pour faire pleurer dans les chaumières où pourtant règne parfois une misère laissant de marbre tous ces hypocrites à l’humanité à   géométrie variable.

« On insulte ma personne, on insulte des millions de Français qui me ressemblent« , déclare le député Carlos Martens Bilongo, qui insiste sur le fait qu’il est Français, mais s’empresse pourtant à mettre en avant sa couleur de peau, rejoignant en cela tous les prétendus anti-racistes de pacotilles, puisque ce sont précisément eux qui mettent toujours sur la table cette accusation de racisme envers qui n’est pas d’accord avec eux.

https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/propos-racistes-à-l-assemblée-nationale-on-insulte-ma-personne-on-insulte-des-millions-de-français-qui-me-ressemblent-déclare-le-député-carlos-martens-bilongo/

2/ Les réponses de « l’accusé » sur BFMTV au micro du grossier Bruce Toussaint, qui au dépend de toute déontologie professionnelle, ne cache pas du tout de quel bord il est, en interrompant sans cesse les réponses du député… et menant manifestement un procès à charge contre lui, revenant même sur un ancien incident qui serait passé aux oubliettes depuis longtemps s’il desservait un député « non raciste » ! Parfaitement inadmissible.

Heureusement que Grégoire de Fournas ne s’en laisse pas conter et répond avec calme et détermination à son interlocuteur, lequel a provoqué en moi deux réactions violentes : l’envie de la baffer, et de lui cracher à la gueule, tant ses attaques sont insupportables !

https://www.youtube.com/watch?v=IcV0eKsTOIY

Les commentaires qui suivent la vidéo sont explicites ; il est clair que comme le dit de Fournas dans celle qui suit, il ne s’agit aucunement d’une « polémique » mais bien évidemment d’une « manipulation » de LFI se gardant bien de diffuser le fait qu’il a adressé un message à « l’offensé » pour manifester ses regrets d’avoir été mal compris, non des excuses pour ce qu’il n’a pas dit :

https://www.dailymotion.com/video/x8f6lkl

https://www.sudouest.fr/societe/racisme/gregoire-de-fournas-a-ecrit-a-carlos-martens-bilongo-je-suis-navre-de-l-incomprehension-12854994.php

https://www.bfmtv.com/politique/front-national/navre-de-l-incomprehension-le-depute-rn-gregoire-de-fournas-ecrit-au-lfi-carlos-martens-bilongo_AV-202211030713.html

Cette grossière manipulation, au départ de LFI est bien vite reprise en chœur par tous les traitres à la France et aux Français… y compris sans surprise, au plus haut de l’Etat :

Les propos ont entraîné une salve de réactions, jusqu’à celle du président. Emmanuel Macron s’est dit « heurté » par les propos « intolérables ». « Le Président est heurté par ces mots qui dans l’hémicycle comme hors de l’hémicycle sont intolérables. Soutien au parlementaire insulté », a indiqué jeudi soir l’entourage du chef de l’Etat.

Pauvre petite chose…. Forcément quand on a « la bonne couleur » on a droit à la compassion présidentielle…

Dans le camp présidentiel, le groupe Renaissance « ne siègera pas » avant une sanction lourde contre le député RN, a indiqué son vice-président Sylvain Maillard.

« Le racisme n’a pas sa place dans notre démocratie », a encore réagi la Première ministre Elisabeth Borne.

https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/incident-raciste-à-l-assemblée-macron-heurté-par-des-mots-intolérables-selon-son-entourage/

Et naturellement, les premiers à se réjouir sont :

« Aujourd’hui l’extrême droite a montré son vrai visage », a estimé la présidente du groupe insoumis à l’Assemblée Mathilde Panot. Le patron de LFI Jean-Luc Mélenchon a réclamé sur Twitter la « déchéance et l’exclusion de l’injurieur ».

On n’en attendait pas moins de telles crapules !

https://www.vosgesmatin.fr/politique/2022/11/03/une-interpellation-raciste-indigne-l-assemblee-seance-suspendue

Ceux qui préféreront juger en ayant toutes les pièces du dossier en main, plutôt que hurler avec les loups, ricaner avec les hyènes se réjouissant de l’aubaine, en se contentant d’un seul son de cloche (sonnant pourtant si faux), trouveront pléthore de témoignages en faveur du député accusé de racisme, avant tout à cause de son étiquette politique, de même que la prétendue victime est défendue avant tout pour se couleur de peau, ici :

https://www.fdesouche.com/2022/11/03/quils-retournent-en-afrique-polemique-a-lassemblee-nationale-suite-a-un-debat-sur-les-migrants/

On en viendrait presque à attendre avec impatience la prochaine manifestation d’une indéniable « chance pour la France », soulignant une nouvelle fois le danger de cette engeance… de même que les bémols aux réactions de toutes ces belles âmes… quand ce n’est pas un silence assourdissant de leur part.

Josiane Filio, au nom de la Liberté d’expression